-- -- -- / -- -- --
Nationale

Les banques seront dotées de 30 «fenêtres islamiques»

Les banques seront dotées de 30 «fenêtres islamiques»

Les banques mettront prochainement à disposition de leur clientèle 30 fenêtres et services de la finance islamique dans leurs agences, et ce à travers le territoire national.

Ces prestations permettront aux opérateurs économiques et aux citoyens de renouer, en toute aisance, avec les transactions bancaires. C’est du moins ce qu’a indiqué ce mardi le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, en marge de l’inauguration d’une agence de la CNEP-Banque dédiée à la finance islamique. Il a précisé que la mise en place de ce type de produits bancaires visera à adapter le système bancaire aux besoins des clients et à attirer ainsi le maximum d’argent circulant hors circuit bancaire. Le premier argentier du pays a rappelé que tous les établissements bancaires s’ouvriront sur cette activité financière, y compris la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP), et ce après avoir obtenu son certificat de conformité délivré par l’Autorité charaïque nationale de la fatwa pour l’industrie de la finance islamique. Le ministre a annoncé la création, avant la fin de l’année, de 50 agences spécialisées dans la finance islamique, impliquant également le réseau bancaire privé.

Evoquant les entraves et contraintes que connaissent les banques et leurs clients, M. Benabderrahmane a souligné que celles-ci seront levées en vue de rendre les opérations plus fluides, signifiant que l’ère de la bureaucratie et du favoritisme pratiqués dans ces établissements est révolue. En plus de la généralisation de ce modèle alternatif de la finance, les autorités publiques s’attellent à introduire d’autres réformes au système bancaire, à l’image de l’incitation des banques publiques à ouvrir leurs agences à l’étranger. Dans le cadre de cette démarche, le premier responsable du secteur a fait savoir qu’il sera procédé en 2021 à l’ouverture de cinq agences en Europe dans un premier temps avant d’en faire de même en Afrique.

Concernant les bureaux de change, le ministre a affirmé la création de bureaux légaux spécialisés dans les opérations de change. Une solution tant préconisée par les spécialistes depuis des années alors que le problème du marché noir de la devise se pose avec acuité. Selon eux, l’existence de ces «cambistes légaux» va certainement résoudre une grande partie des problèmes qui découlent du marché parallèle et les risques encourus par les citoyens dans leur quête de quelques centaines d’euros ou d’autres devises, comme cela a été le cas d’un citoyen de Bouira, récemment victime d’un guet-apens à Alger où il s’est fait voler par un groupe de jeunes prétendant vendre des euros. Les vidéos liées à cette affaire ont fait le buzz sur les réseaux sociaux et ont aidé les services de la Gendarmerie nationale à mener leur enquête. Autant dire que ces réformes entreprises par le gouvernement tendent à déblayer le terrain à tout un plan de relance économique adopté au mois d’août dernier et qui, de l’avis des spécialistes, nécessite, entre autres, une refonte complète du système bancaire, censé être en mesure d’accompagner les opérateurs économiques dans leurs projets d’investissement et de contribuer de la sorte à la croissance économique du pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email