Finale Côte d’Ivoire- Nigeria, ce soir (21H00), de la CAN 2023 : Les Eléphants pour un nouveau miracle, les Super Eagles pour la passe de quatre !   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Sports

Finale Côte d’Ivoire- Nigeria, ce soir (21H00), de la CAN 2023 : Les Eléphants pour un nouveau miracle, les Super Eagles pour la passe de quatre !  

Finale Côte d’Ivoire- Nigeria, ce soir (21H00), de la CAN 2023 : Les Eléphants pour un nouveau miracle, les Super Eagles pour la passe de quatre !  

Côte d’Ivoire-Nigeria, c’est donc la finale de la Coupe d’Afrique des nations 2023. Cette très belle affiche aura lieu ce dimanche 11 février à 21h. Véritables miraculés de cette compétition, après avoir été qualifiés pour les huitièmes de finale en tant que meilleurs troisièmes, les Ivoiriens ont battu la RD Congo en demi-finale (1-0).

Auparavant, les hommes d’Emerse Faé, qui a remplacé Jean-Louis Gasset durant la compétition, avaient battu le Sénégal, tenant du titre, et le Mali avant les Congolais. En face, les Nigérians, emmenés par Victor Osimhen, ont dominé l’Afrique du Sud aux tirs au but pour atteindre la finale (1-1, 4-2 tab). Les deux sélections, qui ne se sont jamais affrontées en finale, comptent cinq titres cumulés : trois pour le Nigeria (1980, 1994, 2013) et deux pour la Côte d’Ivoire (1992, 2015).

D’Osimhen à Haller, les hommes clefs de la finale

C’est le grand soir aujourd’hui pour le Nigeria et son guide Victor Osimhen et les revenants de la Côte d’Ivoire au premier rang d’entre- eux, Sébastien Haller.

Nigeria : Osimhen, le roi

 Il ne reste que celui que son coéquipier Ahmed Musa appelle « le Roi d’Afrique », Victor Osimhen. Ses dauphins au Ballon d’Or africain ont fait long feu, l’Egypte de Mohamed Salah et le Maroc d’Achraf Hakimi n’ont pas dépassé les 8e de finale. Le buteur du Napoli n’est plus qu’à une marche de sa mission sacrée. « Si je gagne la CAN, alors j’aurais tout réussi », disait-il à l’AFP en début de tournoi. Il n’a marqué qu’un but mais s’est mis au service de l’équipe, avec une passe décisive et deux penalties provoqués. Ses deux jours d’arrêt maladie avant la demi-finale, qui ne l’ont finalement pas empêché de la jouer, ont mis le Nigeria en émoi. Indispensable.

Troost-Ekong, le capitaine

Les « Super Eagles » étaient redoutés pour leur potentiel offensif, avec la plus belle liste d’attaquants du plateau, mais leur défense a finalement été leur point fort. « On défend en équipe », insiste le coach José Peseiro, et William Troost-Ekong dirige parfaitement la manoeuvre. Il a aussi le sang-froid pour les penalties, il en a réussi deux, un contre la Côte d’Ivoire (1-0) pour une première victoire en poules, un autre en demies contre l’Afrique du Sud (1-1, 4 t.a.b. à 2), où il a aussi transformé son tir au but.

Lookman, le lieutenant

Si Osimhen n’a marqué qu’un but, il s’est effacé pour ses partenaires, notamment Ademola Lookman, le joueur de l’Atalanta Bergame, auteur de trois buts en 8e (2-0 contre le Cameroun) et en quarts de finale (1-0 contre l’Angola). Champion du monde U20 en 2017 avec l’Angleterre, il a choisi le pays de ses parents et explose depuis une saison et demie, depuis qu’il a rejoint l’Atalanta. A Bergame, « j’ai vraiment un rôle défensif, pour aider l’équipe dans son système, mais cela me permet aussi d’attaquer », dit-il au Guardian. Comme avec les Super Eagles.

 Côte d’Ivoire : Haller, le revenant

Un symbole : Sébastien Haller est le plus en pointe de cette équipe qui était, il y a encore si peu, au bord du gouffre. Arrivé blessé à la CAN, il a été soigné, choyé, et n’a commencé à entrer en jeu que contre le Sénégal en 8e de finale. Il est monté progressivement en régime et a apporté une pierre de plus en plus grosse à l’édifice : il a marqué son tir au but à son premier match (1-1, 5 t.a.b. à 4), a joué un rôle précieux de conservation de balle seul devant en infériorité numérique contre le Mali en quarts (2-1 a.p.) et, enfin, a marqué le but de la demi-finale contre la RD Congo (1-0)

 Seko Fofana, le puncheur

Les pieds de Seko Fofana crachent la dynamite, comme à ses plus beaux jours au RC Lens. Sa débauche d’énergie impressionnante, même si certaines courses latérales à coeur perdu manquent parfois de lucidité, ont réveillé les Eléphants, notamment contre le Mali, où les deux buts viennent de ses frappes. Après des années de rapports compliqués et intermittents avec la sélection, il a conquis tous les cœurs des supporters ivoiriens. Il ne lui reste plus 

Gradel, l’ancien

Seul champion d’Afrique du groupe avec Serge Aurier (en 2015), Max Gradel n’était pas contaminé par le catastrophique premier tour de la Côte d’Ivoire, il n’a débuté son tournoi que pour les sept dernières minutes de l’horrible 4-0 contre la Guinée Equatoriale, quand tout semblait déjà perdu. Mais le nouveau coach Emerse Faé, qui a remplacé Jean-Louis Gasset après le premier tour, a rappelé son expérience (104 sélections, 17 buts) dès les 8e de finale. « Gradel c’est la force tranquille », explique à l’AFP son ancien sélectionneur Patrice Beaumelle. « Rendez-vous compte : cela fait 12 ans qu’il est international, il a toujours été au niveau, jamais blessé, fiable, gros travailleur, toujours en train de penser à l’équipe avant lui. C’est le taulier ».

En résumé : 

L’affiche s’annonce très intéressante sur le papier entre une équipe du Nigeria qui compte dans ses rangs l’attaquant star Victor Osimhen et la côte d’Ivoire qui est pays hôte de cette compétition. Le Nigéria n’a plus remporté la CAN depuis 2013 et une victoire 1-0 face au Burkina Faso. Pour la Côte d’Ivoire, le dernier sacre est plus récent puisque les Éléphants se sont imposés face au Ghana au terme d’une séance de tirs au but légendaire (0-0 ap, 9-8 tab).

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email