-- -- -- / -- -- --
Nationale

Fièvre aphteuse : Les marchés à bestiaux rouverts dimanche

Fièvre aphteuse : Les marchés à bestiaux rouverts dimanche

Pas moins de 5 500 bovins ont été abattus à titre préventif dans le cadre de la lutte contre la propagation de la fièvre aphteuse, a indiqué samedi le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri.

Il a précisé qu’il n’y a plus de raisons de poursuivre l’abattage de bovins, la situation née de l’apparition de la fièvre aphteuse s’étant « stabilisée » et se trouvant « maîtrisée ».

Le ministre, qui s’exprimait lors d’une visite dans la wilaya de Souk Ahras, a souligné que cette épizootie était désormais « circonscrite ». Il a de nouveau rappelé, dans ce contexte, la réouverture prochaine des marchés à bestiaux à travers le pays, d’autant que l’Aïd El-Adha « est à nos portes, à charge pour les responsables concernés de mettre en place toutes les conditions nécessaires à la réouverture de ces espaces ». Selon Nouri, les pertes liées à la fièvre aphteuse étaient « très minimes » par rapport à ce qui a été enregistré dans d’autres pays.

Le gouvernement a décidé d’autoriser la réouverture dès aujourd’hui des marchés à bestiaux. Cette décision est motivée par la stabilisation de la situation engendrée par cette épidémie qui a fortement touché le cheptel bovin et occasionné d’importantes pertes pour de nombreux éleveurs.

Fermés dès la détection des premiers foyers de la fièvre aphteuse pour éviter sa propagation rapide, les marchés à bestiaux connaîtront une nouvelle organisation et obéiront à de nouvelles règles d’hygiène. Les walis et les services agricoles ont reçu instruction de procéder à la désinfection de tous les marchés avant leur réouverture en prévision de la fête de l’Aïd El-Adha.

Les pertes économiques dues à cette épizootie étaient « très minimes, par rapport à celles enregistrées dans les autres pays touchés par cette maladie, comme la Grande-Bretagne qui a perdu plus de 4 millions de têtes en 2001. L’opération d’indemnisation des éleveurs est engagée. Le dispositif de remboursement est décentralisé afin qu’il soit le plus proche possible des localités touchées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email