-- -- -- / -- -- --
Monde

Fidel Castro : « Moscou et Pékin feront tout pour éviter une guerre »

Fidel Castro : « Moscou et Pékin feront tout pour éviter une guerre »

La Russie et la Chine connaissent le monde et ses problèmes mieux que les Etats-Unis, selon le leader de la Révolution cubaine. « La République populaire de Chine et la Russie connaissent les problèmes du monde mieux que les Etats-Unis, car elles ont dû endurer des guerres terribles imposées par l’égoïsme aveugle du fascisme », a déclaré Fidel Castro au journal cubain Granma dans son édition de vendredi.

Le fondateur de l’unique Etat socialiste dans l’hémisphère ouest estime que Moscou et Pékin « feront de leur mieux pour éviter une guerre et contribuer au développement pacifique au Venezuela, en Amérique latine, en Asie et en Afrique ».

Le leader de la révolution de 1959 a exprimé son soutien au président vénézuélien Nicolas Maduro, dont le parti a essuyé une défaite lors des législatives de dimanche dernier. « Des millions d’enfants et d’adolescents qui fréquentent le plus grand réseau scolaire public du monde habitent au Venezuela.

Il en va de même avec le réseau de centres médicaux et le souci manifesté envers son peuple héroïque », a noté l’ancien président cubain, 89 ans, en louant les acquis du Parti socialiste unifié du Venezuela guidé par M. Maduro.

Il y a quelques mois le héros de la Sierra Maestra a déclaré que les Etats-Unis devaient rembourser Cuba pour le préjudice causé par leur politique. Après la Seconde guerre mondiale, les Etats-Unis ont accumulé « les plus grandes richesses de la planète sur fond de monde ruiné, plein de morts, de blessés et d’affamés », a indiqué le Commandante dans son article « La réalité et les rêves ».

Les Etats-Unis « doivent dédommager Cuba pour le préjudice évalué à de nombreux millions de dollars », a affirmé Fidel Castro, ajoutant que La Havane « l’avait démontré par des arguments et des preuves irréfutables lors de ses interventions à l’Organisation des Nations unies ».

Le Commandante rappelle également que Cuba « ne cessera jamais de lutter pour la paix et le bien-être de tous les gens, indépendamment de la couleur de peau et du pays d’origine de chaque habitant de la Terre ». Fidel Castro a dirigé le gouvernement cubain de 1959 jusqu’à sa retraite pour des raisons de santé, d’abord provisoire en 2006 puis définitive en 2008.

Adulé par les pays du Tiers Monde, grand ami de l’Algérie, le personnage jouit d’une grande popularité auprès d’hommes politiques célèbres (Hugo Chávez, Evo Morales…) et d’intellectuels (Eduardo Galeano, Adolfo Pérez Esquivel…) en Amérique latine, en Afrique (Nelson Mandela), en Europe (Danielle Mitterrand, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon…), et même aux États-Unis, où le révérend Jesse Jackson, ancien candidat à l’investiture du Parti démocrate pour l’élection présidentielle américaine, déclara en 1984 que Fidel Castro était « le politicien le plus honnête et le plus courageux qu’il ait jamais rencontré ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email