-- -- -- / -- -- --
Nationale

FFS: Salima Ghezali, Chafaa Bouaïche et Hassan Ferli réhabilités

FFS: Salima Ghezali, Chafaa Bouaïche et Hassan Ferli réhabilités

La direction nationale du FFS a proposé la mise en place d’un comité ad-hoc « consensuel » qui aura pour mission principale de préparer le conseil national et de réunir les conditions de sa réussite. Le FFS a décidé de suspendre toutes sanctions prises à l’encontre de ses militants sanctionnés ou radiés des rangs du parti (Salima Ghezali, Chafaa Bouaïche, Halit et Hassan Ferli) ainsi que d’autres députés, qui ont été suspendus. Salima Ghezali a été sanctionnée et exclue suite à un article dans lequel elle critiquait le chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd Salah, et ce en perspective du prochain congrès dont il considère l’organisation « impossible » actuellement à cause de la « désunion » à laquelle fait face le parti : « Dans le but de créer les conditions et le climat nécessaires, la direction nationale décide de suspendre à compter de ce jour (18 août) toutes les sanctions prises depuis le dernier congrès national extraordinaire à l’encontre de ses militants, de traiter au cas par cas les autres sanctions prises avant ce congrès et de réunir dans les plus brefs délais le conseil national au siège national », indique un communiqué rendu public ce mercredi.

Le parti s’appuie sur la base de la composante de son conseil national tenu le 25 janvier dernier incluant les membres du conseil national, concernés par la présente décision de suspension des sanctions », ajoute le communiqué du parti diffusé sur Facebook. Cette réconciliation au sein du plus vieux parti d’opposition a été l’œuvre du coordinateur du comité d’éthique du FFS, Ikhlef Bouaiche, lui-même victime d’une purge en 2014, qui n’a pas lésiné sur les efforts pour ramener le calme à la maison « afin de créer ou de préserver le FFS depuis 1963 », dit-il. Selon lui, les divisions « ne peuvent être inspirées que de l’intérieur du système totalitaire » évacuant ainsi toute responsabilité à l’une ou l’autre partie : « Malgré les différents coups de boutoir de la dictature durant des décennies pour le normaliser, sinon le faire exploser, « les militants ont su résister à toutes les menaces, les répressions et les privations » accusait-il récemment. Pour mettre un terme à cette crise qui oppose deux clans, Ali Laskri d’un côté et Djamel Baloul de l’autre, le coordinateur du comité d’éthique a fait appel à la conscience des militants « afin de mettre un terme à cette grave dérive dont seul le FFS et le combat pour la démocratie sont perdants ».

Face à cette crise existentielle, le parti propose d’autres initiatives sur le plan organique et politique pour « unifier les rangs du parti et assurer sa pérennité, face à un régime qui menace son existence par tous les moyens ». Sur le plan organique, le parti envisage de débattre et acter la décision d’annulation des sanctions, d’adopter la feuille de route pour la préparation du 6e congrès rassembleur, d’arrêter la date du congrès ou le confirmer pour les 27-29 septembre ou le reporter en fonction de l’état d’avancement de la préparation, et enfin d’organiser « l’audit » qui doit constituer le cadre approprié pour débattre sereinement des questions politiques et organiques. Sur le plan politique, le FFS estime nécessaire de débattre et évaluer la situation politique nationale et la stratégie adoptée par le parti, de l’action et de la position des élus au sein des institutions.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email