-- -- -- / -- -- --
Nationale

FFS : la descente aux enfers a-t-elle commencé ?

FFS : la descente aux enfers a-t-elle commencé ?

Le FFS a commis avant-hier à la salle Atlas un acte irrévérencieux à l’égard de la délégation du FLN conduite par son SG, le Dr Djamel Ould Abbès, pourtant invité à la commémoration du 1er anniversaire de la mort du leader historique Hocine Aït Ahmed, un des fondateurs du FLN.

Le premier secrétaire du parti, Abdelmalek Bouchafa, n’a pas trouvé mieux que de lancer une flèche assassine au SG du FLN, assis au premier rang des invités.

Dans son discours, Bouchafa a commis un impair inadmissible en s’attaquant aux députés de l’APN, à forte majorité FLN, qui ont voté le projet de loi de finances qualifiée par le responsable du FFS « d’antisociale et d’antinationale votée par une majorité parlementaire truquée ».

Cette attaque gratuite, mal à propos et maladroite, a contraint le patron du FLN à quitter précipitamment la salle alors qu’il était venu partager avec le FFS un moment d’émotion et de recueillement à la mémoire du défunt.

Le parti de feu Hocine Aït Ahmed aurait-il perdu ses vertus démocratiques et les gestes de bienséance que son leader avait ancrés durant plus d’un demi-siècle ? La crise interne est bien passée par là.

On a bien sacrifié un ancien dirigeant au motif qu’il ne partage pas certaines orientations politiques du parti. Et pour ce faire, on a même piétiné les statuts du parti pour le mettre dehors. Triste année pour ce parti qui se vante d’être une école du militantisme.

Ce dérapage protocolaire n’aurait jamais eu lieu du vivant de son leader charismatique, qui savait mettre les gens à l’aise même s’il ne partageait pas leurs convictions politiques. Aït Ahmed est allé en 1986 à la rencontre de celui qui l’a jeté en prison durant trois ans, feu Ahmed Ben Bella à Londres, pour organiser une conférence de presse de l’opposition et appeler à un processus démocratique de l’Algérie, à l’époque dirigée par le parti unique.

Le chef historique du FFS savait faire la part des choses entre la politique et l’obligation de respect vis-à-vis de l’invité.
Ce geste de grandeur d’âme, les dirigeants actuels du parti semblent l’avoir définitivement perdu.

Cette « sortie » maladroite des dirigeants du FFS aura, à n’en pas douter, des répercussions négatives sur l’image de marque du parti qui s’apprête à participer aux élections législatives du printemps 2017. Et pourtant, la forte délégation du FLN a offert en guise de reconnaissance un portrait géant de son leader peint par un militant du FLN.

Le SG du FLN a prouvé, lors des questions de la presse nationale, toute sa culture politique, se montrant beau joueur en refusant de répondre à cette « saillie ». Il n’a pas cédé au désir de polémiquer avec les dirigeants du FFS qui ont perdu tout sens de la convivialité et de respect envers un invité.

Le SG du FLN a beau dire que ce n’est pas un retrait, mais le fait est là : « Ce n’est pas un retrait. On est venu assister à la commémoration du premier anniversaire du décès d’un géant de l’histoire algérienne, un héros de la révolution, Hocine Aït Ahmed, que je connaissais personnellement.

C’est une commémoration à laquelle nous avons répondu avec sincérité et j’y ai assisté parce que je connaissais Aït Ahmed. Cette cérémonie étant terminée et le reste étant un programme politique, ils peuvent déclarer ce qu’ils veulent.

C’est de leur droit le plus absolu », a-t-il simplement commenté. Si les dirigeants du parti continuent à faire croire que celui-ci « va bien » et qu’il « est ciblé » parce qu’il propose une solution politique à travers « le projet de reconstruction du consensus national », il n’en demeure pas moins que la crise interne qui l’affecte depuis des mois risque d’éclater au grand jour dans les prochaines semaines lorsque l’opération relative à la confection des listes de candidats aux élections commencera à être établie.

Le premier secrétaire du parti, qui est en froid avec le chef du groupe parlementaire, Chafai Bouaiche, serait déjà dans le collimateur puisqu’il se murmure que le nouveau conseil national, qui compte se réunir avant la fin de l’année, va désigner un nouveau premier secrétaire en la personne de Ali Laskri.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email