-- -- -- / -- -- --
Nationale

Larbaâ Nath Irathen : la fête des cerises est de retour

Larbaâ Nath Irathen : la fête des cerises est de retour

Après quatre années d’absence, la fête des cerises de Larbaâ Nath Irathen est de retour cette année. Et c’est ce samedi que cette manifestation de trois jours prendra fin et à laquelle ont pris part une vingtaine de participants.

Ce fameux fruit juteux et aux couleurs rougeâtre et jaunâtre n’est pas hélas à la portée des petites et moyennes bourses. En effet, le prix d’un kilogramme de cerise jugée de « qualité »  proposé au client n’est pas moins de 1200, 00 DA. La cerise jugée de qualité « moindre » est proposée à 800, 00 DA. C’est pourquoi la cerise est considérée comme un fruit de « luxe ».  I

l faut reconnaître que  la cherté de ce fruit, pourtant en abondance en Algérie, est différemment expliquée. Pour certains, c’est la rareté de cerisier ; rareté due au changement du climat, qui fait que la production  est minimale.

En tout cas, les producteurs déclarent le prix qu’ils fixent est 600, 00 DA le Kg. Toutefois, ce prix est celui de gros puisque leurs principaux clients ne sont autres que les commerçants. En somme, selon les producteurs, ce sont tout simplement les commerçants qui sont à l’origine de ces prix excessifs de la cerise.

Il n’est pas moins vrai cependant que la production actuelle de la cerise est réduite comme une peau de chagrin. Au cours des décennies 1960, 1970 et 1980 les champs de cerisiers en Haute Kabylie étaient nombreux et immenses. De tout cela, il n’en reste qu’un tiers dans le meilleur des cas.

Par ailleurs, faute d’entretien nécessaire, l’arbre cerisier n’est plus aussi productif qu’autrefois. Voilà un des paramètres, responsable de la disette et, par conséquent, de la cherté de la cerise, qui semble échapper aux critiques. Quant à cette fête des cerises de Larbaâ Nath Irathen, pour toutes ces raisons énumérées, elle a perdu son âme d’autrefois.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email