-- -- -- / -- -- --
Culture

Festival international du malouf : L’échange tuniso-algérien

Festival international du malouf : L’échange tuniso-algérien

Lors de l’avant-dernière soirée du Festival international du malouf de Constantine, ce mercredi 06 décembre au Théâtre régional Mohamed Tahar-Fergani, l’orchestre algéro-tunisien et l’association Nedjm Kortoba ont rendu hommage à Beit El Malouf, un espace créé par des mélomanes pour la préservation du patrimoine musical.

Composé de 23 musiciens, l’orchestre algéro-tunisien a proposé une mosaïque andalouse venue rappeler que l’art ne s’encombre point des frontières dessinées par les hommes.

Les artistes Hamdi Chelghmi et Abbas Righi se sont succédés au chant pour interpréter des parties de la nouba zidane et nouba h’sin, plongeant l’assistance dans les racines de la musique andalouse avec des titres comme Salem alia, Ayouha essaki ilayka el mouchtaka.

Longuement applaudi, cet orchestre mixte a clôturé son spectacle, placé sous le thème Des ponts de malouf, de la plus belle des manières en interprétant Ya habibi ferajni avant de laisser la scène à l’association Nedjm Kortoba.

Déjà lauréate en 2014 du premier prix du Festival national de malouf de Constantine et du festival national du haouzi de Tlemcen, Nedjm Kortoba et ses 17 membres ont régalé l’assistance avec une nouba rasd eddil et les pièces Ya men malek fouadi, ya Ghosne el nka, Ataki allah ya mouadib qalbi, portées par la douce voix de Lilia Halimi.

Après ce spectacle, l’artiste Abbas Righi a fait part de sa joie de chanter au sein d’un orchestre mêlant des artistes tunisiens et algériens, il a souhaité que cette initiative soit réitérée autant que possible pour permettre aux uns et aux autres de partager leur savoir et de renforcer un patrimoine musical ancestral, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

L’hommage de cette soirée sera rendu à Beit El Malouf, un espace créé par des mélomanes pour honorer et préserver un pan de l’histoire de la musique dans la ville des Ponts.

Quant à la dernière soirée du festival international du malouf, ce jeudi, elle portera le nom de Sawt El Meniar, en hommage à la maison d’enregistrement de Mohamed Tahar Fergani et à son immense œuvre.

Ce premier anniversaire de la disparition de ce dernier sera célébré par l’orchestre constantinois du genre sous la direction de Samir Boukridira. Aussi, un documentaire sur ce grand maître du malouf sera projeté, portant sur des témoignages d’artistes qui l’ont connu.

La photographie autorisée dans les sites archéologiques et musées publics

Les visiteurs sont désormais autorisés à prendre des photos souvenirs dans les monuments et sites archéologiques, dans les musées publics et les parcs culturels, dans une optique de relance du tourisme culturel et de promotion de la relation de proximité entre le citoyen et les institutions de l’Etat, a indiqué ce mercredi le ministère de la Culture.

« Le ministre Azzedine Mihoubi a instruit les responsables des monuments et sites archéologiques, des musées publics et des parcs culturels de permettre aux visiteurs de prendre des photographies souvenirs, devenue un phénomène social qui contribue à la promotion du patrimoine culturel », précise le communiqué.

L’organisation d’activités culturelles et la prise de photographies ou de vidéos à des fins lucratifs « demeurent soumises aux conditions énoncées dans la législation en vigueur en la matière et celle visant la préservation des biens culturels », ajoute le communiqué.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email