Festival international de la musique symphonique: Sous le signe de l'amitié entre l'Algérie et la Chine – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Festival international de la musique symphonique: Sous le signe de l’amitié entre l’Algérie et la Chine

Festival international de la musique symphonique: Sous le signe de l’amitié entre l’Algérie et la Chine

C’est au son d’une symphonie universelle que s’est ouvert, vendredi soir, la 13e édition du Festival culturel international de musique symphonique (FCIMS) à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih. Placée sous le signe de l’amitié entre l’Algérie et la Chine, la soirée d’ouverture a transporté les nombreux présents dans un voyage musical à travers les continents, célébrant la paix, la culture et le vivre-ensemble.

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a tenu à souligner la portée symbolique de cette manifestation, qui coïncide avec la Journée internationale du vivre-ensemble en paix, initiée par l’Algérie et adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies. « Ce festival est une ode à la paix, à l’unité et au rapprochement des cultures », a-t-elle déclaré dans son allocution, invitant à une réflexion collective sur les valeurs humaines essentielles.

La ministre a tenu à saluer la présence des nombreux artistes venus du monde entier pour participer au festival. « Dans sa quête de promotion de l’art et de la créativité, notre pays, l’Algérie, s’est transformée en une capitale de ce genre musical, très apprécié par tous les peuples du monde », a-t-elle affirmé.

Mouloudji a également souligné le choix symbolique de la date du 16 mai pour l’ouverture du festival, qui coïncide avec la Journée internationale du vivre-ensemble en paix, proposée par l’Algérie et adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies. « Par la célébration de cet événement annuel, notre pays réaffirme son engagement, sous la direction du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à promouvoir la paix entre les peuples du monde, à bannir les conflits, les guerres et les agressions contre la souveraineté et la sécurité des autres pays, convaincu que la culture et l’art sont les meilleurs ambassadeurs de la paix entre les nations», a-t-elle fait savoir.

La ministre n’a pas manqué de lancer un appel à la solidarité avec le peuple palestinien. « Nous appelons tous les peuples libres du monde à se tenir aux côtés du peuple palestinien face aux actes d’agression barbares », a-t-elle exhorté. Mouloudji a conclu son allocution en remerciant tous les participants au festival, les artistes, les organisateurs et les partenaires. Elle a également tenu à exprimer sa gratitude particulière à la République populaire de Chine qui est présente en tant qu’invité d’honneur, en reconnaissance des relations privilégiées entre l’Algérie et la Chine.

De son côté, Abdelkader Bouazara, commissaire du Festival, a déclaré que « nous avons le grand plaisir de vous retrouver à nouveau et de vous accueillir au sein de cet édifice pour donner le « La » de cette 13e édition du Festival ». Il a retracé l’histoire du festival, soulignant qu’il est l’aboutissement d’une longue démarche de sensibilisation du public à la musique universelle et d’insertion de l’Algérie dans cet univers. « Ce grand rendez-vous musical annuel, qui demeure un carrefour de culture et des nations, vous convie à un voyage lyrique riche en mélodies auprès des grands noms de la musique symphonique, et ce, jusqu’au 22 mai », a-t-il fait savoir.

Le commissaire du festival a également dévoilé le programme de cette édition, qui promet une semaine riche en émotions et en découvertes musicales. « Durant ces 7 jours, vous aurez l’occasion de contempler le passage de grands orchestres et ensembles musicaux internationaux, issus de 14 pays, qui vous berceront à travers les belles partitions musicales », a-t-il affirmé.

En marge du festival, le commissariat a également prévu une série de master class et de conférences animées par des maîtres de la musique. « Ces événements seront l’occasion pour les étudiants en musique et les passionnés de perfectionner leurs connaissances et de s’immerger dans l’univers de la musique symphonique », a indiqué Bouazara.

Une symphonie algéro-chinoise

L’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger et l’Orchestre symphonique de Chine ont, ensuite, donné le ton lors de la soirée d’ouverture, offrant une prestation magistrale qui a conquis le public. Sous la direction des chefs d’orchestre Lotfi Saidi (Algérie) et Chen Xieyang (Chine), les deux Orchestre ont interprété un programme riche et varié, composé d’œuvres de compositeurs algériens et chinois, ainsi que de grands classiques internationaux.

Le concert a débuté avec l’Ouverture « La force du destin » de Giuseppe Verdi, interprétée avec brio par l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger. La soirée s’est ensuite poursuivie avec la Farandole de l’Arlésienne de Georges Bizet, un morceau plein de vie et d’énergie interprété par l’Orchestre symphonique de Chine sous la direction de Chen Xieyang.

Une symbiose algéro-chinoise

Le public a également eu l’occasion d’apprécier les talents de plusieurs solistes talentueux. La mezzo-soprano Wen Muya a ébloui l’assistance avec sa voix puissante et expressive dans « Vissi d’Arte » de Giacomo Puccini et « O mio Babbino caro » de l’opéra Giani Schicchi. Le ténor Tong Zhang a quant à lui brillé dans le duo « La Ci Darem La Mano » de l’opéra Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart.

Le concert s’est poursuivi avec la célèbre « Carmina Burana » de Carl Orff, interprétée par les deux orchestres. Sous la baguette de Lotfi Saidi, le ténor de renom Abbas Righi a illuminé la scène. Dans un mariage harmonieux entre les mélodies envoûtantes de la musique traditionnelle algérienne et la grandeur universelle de la symphonie, l’auditoire a été transporté par l’interprétation magistrale du malouf symphonisé. Parmi ses prestations, Abbas Righi a envoûté son public avec « Ya Ahl el Andalous », « Achek Mamhoun », et « Ana Lemdelel ».

La chanteuse Asma Alla a ému le public algérois avec son hommage rendu à la Palestine en interprétant la chanson « asbah andi el ane boundoukiya » (J’ai maintenant un fusil). En fin de soirée, plusieurs personnalités du monde musical ont été mises à l’honneur. Les deux chefs d’orchestre, le ténor Abbas Righi, la soprano chinoise, la soprano algérienne Nadia Ben Abdellah, la chef de chœur Zohir Mazari, ainsi que le compositeur Sid Ahmed Belli ont reçu une ovation du public. Le directeur de l’orchestre chinois a également été remercié pour sa contribution à la réussite de ce concert.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email