-- -- -- / -- -- --
Nationale

Fermeture des voûtes d’Alger : les commerçants interpellent Zoukh

Fermeture des voûtes d’Alger : les commerçants interpellent Zoukh

Les commerçants des voûtes d’Alger ont appelé ce lundi le wali, Abdelkader Zoukh, à intervenir pour mettre fin à ce qu’ils considèrent comme des dépassements de la Régie foncière de la ville d’Alger (RFVA) qui a procédé à la fermeture de certains de leurs locaux.

Ces commerçants, qui exerçaient dans ces voûtes depuis une cinquantaine d’années et sont propriétaires des fonds de commerce, lancent un appel aux autorités pour faire cesser la fermeture abusive des voûtes. Dans un communiqué rendu public hier, ils considèrent comme dépassements de la RFVA la fermeture « abusive » des voûtes « sans aucune ordonnance judiciaire ». Ils réclament l’annulation du contrat actuel les liant à l’agence foncière, qu’ils ont qualifié de précaire et de non conforme au code du commerce. Ils demandent son remplacement par un contrat de location en bonne et due forme et définissant les droits et les devoirs des deux parties. Ils exigent le respect des jugements et arrêts de la cour d’Alger émis en faveur des occupants des voûtes, exigeant des parties l’établissement d’un contrat notarié. Ces commerçants réclament également la participation à l’élaboration d’un nouveau contrat notarié annulant toutes les clauses abusives du contrat antérieur. Ils appellent à l’ouverture du dialogue entre cette Régie foncière et les 300 commerçants de ces voûtes, lesquelles font face au port d’Alger, ainsi qu’à la prise en compte de toutes les préoccupations des occupants. Construites de 1860 à 1866 par une société britannique, ces voûtes supportent deux principaux boulevards d’Alger et comportent 360 magasins et logements. Actuellement, plus d’une cinquantaine d’entre elles ont été fermées alors que d’autres ont été scellées après que leurs occupants en furent délogés, selon ces commerçants, précisant que ces voûtes étaient sous la tutelle de l’Entreprise portuaire d’Alger puis confiées à la Régie foncière de la ville d’Alger en 2008. Le transfert de ce patrimoine du domaine public maritime vers la wilaya, c’est-à-dire vers le domaine privé de l’Etat devrait, selon les intéressés, permettre à ces voûtes d’être régies par le code du commerce.

A remarquer que cette situation demeure depuis quelque temps en l’état, sans que la RFVA ne communique n’explique son opération. Rien n’empêche cette régie d’agir en toute transparence et d’expliquer le pourquoi de la fermeture de ces locaux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email