-- -- -- / -- -- --
Nationale

FCE:Vers la réorganisation de la filière du transport

FCE:Vers la réorganisation de la filière du transport

Une association de la logistique a été créée ce samedi à l’issue de la journée d’information sur la logistique, organisée à Alger par le Forum des chefs d’entreprises (FCE) en collaboration avec le ministère des Travaux publics et des Transports.

La logistique, un secteur stratégique dans l’économie, éprouve de nombreuses difficultés dans notre pays, témoignent des spécialistes en la matière. De ce fait, la création d’une association nationale de la logistique est considérée comme un pas en avant. Le président de la Commission des transports et de la logistique au sein du FCE, Abdellah Serial, qui a annoncé la création de cette association, estime que cette dernière rend le puzzle plus clair. Selon lui, cette association, qui va être sous l’impulsion du FCE, aura pour mission de porter toutes les doléances des opérateurs, notamment celles formulées lors de cette journée d’information où plusieurs problématiques relatives à la thématique ont été abordés. Abdellah Serial se félicite de l’organisation de cette journée dédiée à la logistique, principalement dans cette conjoncture caractérisée par la nécessité d’augmenter et de diversifier les exportations de l’Algérie. « Le vecteur logistique dans toutes ses composantes devient incontournable », a-t-il souligné, car, enchaîne-t-il, « la recherche de l’efficacité, la recherche de délais d’acheminement les plus court devient déterminant, notamment si nous voulons conquérir les marchés internationaux ».

Dans son intervention abordant « la problématique de la logistique en Algérie », le président de la Commission des transports au FCE a fait part du classement de l’Algérie en matière de logistique. « L’Algérie est classée, sur 160, 75ème au niveau mondial, 8ème en Afrique et 1ère sur les cinq pays du Maghreb ». Afin de relancer la réflexion sur la logistique, l’intervenant recommande de s’organiser en filières et en clusters, comme cela s’est fait dans la filière de l’agroalimentaire. Il a en outre évoqué le soutien de l’Etat dans le cas de l’export qui, dit-il, « devient primordial pour assurer la compétitivité des entreprises à l’export et faciliter l’intégration à l’économie mondiale ». Il a, en outre, porté à notre connaissance que le pavillon national couvre uniquement 3% du commerce extérieur.

Pour sa part, Abdelkrim Rezal, directeur des transports maritimes et des ports au ministère des Travaux publics, a axé son intervention sur l’état des lieux et les perspectives du secteur maritime. Mettant en avant la situation stratégique du pays qui est un atout, le représentant du ministère des Travaux publics et des Transports a avoué que la flotte algérienne a été amoindrie. « Elle compte 23 navires en 2017, après avoir été de 78 en 1980, classant l’Algérie à la 50ème place mondiale », a-t-il signalé.

Il a par ailleurs évoqué l’adoption d’une stratégie visant à revenir sur la place et à couvrir les parts de marché du pays, en optant entre autres pour l’acquisition de 25 nouveaux navires. Il a d’autre part signalé la réception d’une dizaine de demandes de la part des opérateurs pour obtenir la concession transport. Et ce, suite à l’annonce du ministre en début d’année quant à l’ouverture du fret maritime et aérien aux opérateurs privés algériens en vue de satisfaire les demandes d’exportation. Selon nombres de spécialistes, la logistique constitue le point faible des exportations algériennes, d’où la nécessité d’entreprendre des mesures visant, ente autres, la modernisation des entreprises portuaires algériennes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email