-- -- -- / -- -- --
Nationale

FCE: Les engagements d’Ali Haddad

FCE: Les engagements d’Ali Haddad

Après un périple d’une vingtaine de jours à travers plusieurs villes, Ali Haddad, unique candidat à la présidence du Forum des chefs d’entreprises, a choisi la capitale comme dernière escale où il s’est engagé devant un important parterre d’hommes d’affaires et autres invités de marque, à consolider le rôle du FCE comme digne représentant de l’entreprise algérienne et à renforcer son leadership.

La cote de popularité et le consensus sur la candidature du patron de l’ETRHB à la tête du FCE se mesure par la salle archicomble où il a tenu la dernière rencontre de sa campagne, mais aussi par le rang des personnalités du monde politique et des affaires ayant répondu favorablement à son invitation jeudi.

Outre les chefs d’entreprise adhérents du Forum ou non-adhérents, étaient également présents des ministres de l’actuel gouvernement et des ex-ministres, le secrétaire général de l’UGTA, le wali d’Alger, les présidents du CNES et de la CACI, ainsi que les présidents des autres organisations patronales et des représentants de la société civile.

Le candidat Ali Haddad s’est engagé, tout au long de la présentation de son programme, à continuer à œuvrer pour que le FCE demeure une force de propositions et un pôle crédible et audible. Gagner un tel challenge ne peut être réalisé par le FCE seul, mais en « proximité avec les pouvoirs publics ». C’est d’ailleurs le premier axe de son programme qui en compte cinq. Pour M. Haddad, il est important d’ »organiser une connexion adroite avec les pouvoirs publics en maintenant de façon plus systématique le dialogue et la concertation pour être au plus près du développement de l’économie et de l’entreprise ».

Plus grande proximité avec les pouvoirs publics

Le futur président du FCE explique qu’il considère, au stade actuel de l’évolution de notre économie, qu’il est primordial de travailler à réaliser la jonction des efforts du gouvernement avec ceux des entreprises pour créer les synergies indispensables à la croissance économique, notamment hors hydrocarbures. « Les entreprises sont les alliées naturelles des pouvoirs publics : elles doivent être les partenaires des autorités dans la recherche de solutions viables aux problèmes du développement économique et pour mener l’effort de croissance »,a déclaré M. Haddad.

Il estime que « les exigences de l’intérêt général et de la rentabilité des investissements ne doivent, en aucune façon, s’opposer, car ce n’est que de leur rencontre réussie que peut naître le progrès […]. Cette rencontre a besoin d’une proximité réelle, d’une connexion intelligente entre les pouvoirs publics et les entreprises, une proximité capitale et porteuse d’avenir pour notre association ».

Les autres axes du programme du candidat Haddad sont « agir pour faire du Forum le pôle représentatif de l’entreprise algérienne », « organiser une plus grande proximité avec les adhérents », « consolider et développer l’organisation interne du Forum », « consolider et développer les relations de partenariats à l’international ».

Des engagements prometteurs

Le futur patron du FCE a mis la barre assez haut en matière d’engagements, d’autant que certains points font déjà l’objet de revendications de la sphère patronale depuis plusieurs années. Il s’engage à œuvrer pour l’ouverture au privé des secteurs jusque-là restés seuls apanage du public. Il a cité « les secteurs du transport aérien, du transport maritime de voyageurs et de marchandises, ainsi que le secteur bancaire qui reste encore fermé pour l’entreprise algérienne ».

Parmi les autres engagements, »le renforcement du dialogue avec les pouvoirs publics et les partenaires sociaux », « la mobilisation les chefs d’entreprises pour qu’ils fassent entendre leur voix » et « la fédération de toutes entreprises petites, moyennes et grandes entreprises en difficultés ».

L’amélioration du climat des affaires, les mesures de relance et de soutien à l’investissement et la réduction de l’informel sont, par ailleurs, autant de priorités sur lesquelles compte se pencher Ali Haddad, pour lequel il est primordial que l’économie algérienne sorte de sa dépendance des hydrocarbures. Et là encore, les propositions ne sont pas des moindres puisqu’elles touchent, entre autres, au bien fondé du maintien de la règle des 49/51% pour tous les secteurs et au week-end actuel (non universel).

A la fin de la présentation du programme de Ali Haddad, la parole a été donnée aux invités-participants à la rencontre, dont Omar Ramdane, ex-président du FCE et président d’honneur actuellement, Abdelmadjid Sidi Saîd, Hassan Khelifati (PDG d’Alliance Assurances).

Tous semblaient unanimes sur la candidature de M. Haddad et lui ont témoigné leur confiance quant à sa future gestion des affaires du FCE et de l’entreprise algérienne. M. Haddad n’en demandait pas plus, puisqu’à son tour il a répondu : « Je vous demande de m’accorder votre confiance et votre soutien, car il n’y a de succès que le succès partagé. »
Ce qui rejoint le slogan de sa campagne « Réussir ensemble ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email