-- -- -- / -- -- --
Culture

Farid Ferragui : «Je ne chante jamais les textes des autres»

Farid Ferragui : «Je ne chante jamais les textes des autres»

Après presque une année d’absence, le célèbre auteur, compositeur et chanteur Farid Ferragui, est revenu à Tizi-Ouzou pour annoncer son intention d’animer quatre galas successifs au grand bonheur de son large public.

Les deux premiers seront organisés les 10 et 11 du mois en cours à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri, lieu également de la tenue, hier, de sa conférence de presse.
Le troisième rendez-vous festif avec le public, l’artiste le tiendra le premier avril aux Sablettes (Alger) et le quatrième et dernier retenu au programme, il l’animera le 15 avril 2017 à Montréal (Canada).
Ce face-à-face avec la presse sera également une occasion pour Farid Ferragui de faire un tour d’horizon sur les différents volets culturels et d’expliciter les raisons qui font que certaines cultures du monde sont mieux connues que les autres. « Si selon le principe, toutes les cultures du monde se valent, il n’en demeure pas moins que certains Etats et nations ont mis des moyens adéquats pour le développement de leurs cultures respectives.
A notre question de savoir plus exactement pourquoi la chanson algérienne, kabyle plus particulièrement, n’est pas aussi connue que la chanson américaine et que nos artistes ne sont pas non plus aussi connus que leurs homologues occidentaux, américains notamment, le conférencier a indiqué que l’Occident met beaucoup d’argent dans les différents segments devant faire connaître les produits culturels proposés et leurs auteurs.
« Un simple gala que je cite comme simple exemple, dit-il, nécessite de l’argent pour obtenir la salle où il sera tenu et les différents supports publicitaires et médiatiques. » « Si une certaine somme d’argent est mise dans ce créneau, et en faveur, je pourrais fort bien organiser un gala aux Etats-unis et le public américain viendra m’écouter », a encore expliqué Farid Ferragui.
Aussi, il a plaidé à plus d’investissement dans le secteur culturel algérien, « car le pays n’en sera que bénéficiaire ». L’auteur de « Ayoul Ishibin Thoulass » a indiqué également qu’il a toujours refusé de chanter les textes des autres, et ce bien qu’on me l’ait proposé et que j’aie trouvé les vers d’une grande beauté. Farid Ferragui a pris aussi ce rendez-vous avec la presse pour apporter un démenti au fait qu’il aurait promis un nouvel album pour cette année.
A la question de savoir ce qu’il pense de la poésie et de la musique de Ferhat Imazighen Imoula, le conférencier a reconnu qu’elles sont d’une grande valeur artistique.
Notons enfin que Farid Ferragui devait participer, hier, à une émission de Radio Tizi-Ouzou à partir de 17 heures et demain mardi, il sera sur les plateaux de TVA et Canal Algérie.
De notre bureau,

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email