-- -- -- / -- -- --
Sports

Farid Chaal : «Il y a de quoi pavoiser mais le plus dur reste à venir»

Farid Chaal : «Il y a de quoi pavoiser mais le plus dur reste à venir»

Le Jeune Indépendant Le Mouloudia a clos la première phase du championnat sur un bon match nul à Béchar. C’est rassurant pour la suite du parcours.

Farid chaal : C’est la cas et nous sommes très contents d’avoir arraché ce match nul sur un terrain où beaucoup ont laissé des plumes avant nous. C’est dire qu’on a effectivement réalisé un bon résultat et il y a de quoi pavoiser à mon sens. Nous sommes contents de notre sortie face à la JS Saoura, qui n’est pas le dauphin actuel par pur hasard. 

Cela va nous encourager à travailler plus pendant cette mini-trêve pour entrevoir le reste de la compétition avec plus d’ambition et en toute sérénité pour une place sur le podium final.

Vous semblez assez optimiste

Il y a de quoi afficher un air d’optimisme. On a su sur monter les moments difficiles grâce à beaucoup de sacrifices et de sérieux, sous la houlette du nouveau staff. 

Il faut toujours positiver et garder la tête sur les épaules, quel que soit le contexte dans lequel on est engagé. En professionnels que nous sommes nous devons rester concentrés et oublier ce qu’on a fait par le passé, et ce pour aller toujours de l’avant.

Le plus dur reste à venir. Après cette phase Aller nous avons bénéficié de quelques jours de repos, et c’est tant mieux car tout le groupe a travaillé durement avant de reprendre le travail en cette fin de semaine.

Vous êtes conscient que le plus dur reste à venir…

C’est une évidence pour tout le monde. C’est pourquoi il faut se remettre au travail avec beaucoup d’assiduité. Il y aura du pain sur la planche pour chaque match à jouer car nous aurons affaire à des équipes qui affichent les mêmes ambitions que nous, à savoir une place dans le haut du tableau. Oui, le plus dur reste à venir.

Vous avez réussi à vous imposer en tant que numéro un, c’est quoi le secret

Je crois que j’ai su saisir ma chance pour montrer ce dont je suis capable de faire dans les buts. La concurrence est dure et il faut savoir accepter ses règles.

Je ne fais que remplir mon rôle au service de mon équipe pour réaliser les meilleurs résultats possibles. Je n’ai jamais baissé les bras et j’ai continué à travailler avec un grand gardien comme Chaouchi, aux côtés de qui j’apprends toujours.

Un œil sur l’équipe nationale…

Partout dans le monde entier, un joueur aspire toujours à être convoqué en sélection nationale, même si, selon moi, je pense surtout à garder mon statu actuel avec mon équipe, celui de numéro 1. Le reste viendra automatiquement après avec le travail et la confiance en soi. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email