-- -- -- / -- -- --
Nationale

Faible participation des entreprises du BTPH

Faible participation des entreprises du BTPH

Pas moins de 3 000 postes d’emploi sont proposés par des entreprises participantes à la 11e édition du salon national du recrutement « Carrefour de l’emploi 2017 », inauguré hier à Riadh El Feth.

« Il y a une trentaine d’entreprises participantes qui pourraient offrir au moins 3 000 postes d’emploi », a annoncé le commissaire du Salon, Ali Belkhiri, lors d’un point de presse en marge de cette manifestation.

Ce responsable a fait constater toutefois une baisse des entreprises participantes, notamment celles du secteur du BTPH en raison de la crise qui a touché le pays suite à la baisse drastique des revenus générés par les hydrocarbures.

« Il y a des projets à l’arrêt tel la construction de barrages et autoroutes après la crise pétrolière, d’où le recul des entreprises du secteur », a noté Belkhiri. Il a fait remarquer en revanche la percée de certains secteurs tels que l’agriculture et le tourisme, mais aussi certaines banches industrielles comme l’agroalimentaire et la pièce automobile.

« La limitation des importations imposée par la baisse de la rente pétrolière incitera davantage les opérateurs nationaux et étrangers à lancer des usines pour produire localement », a-t-il prédit. Il a également souligné l’émergence de la sous-traitance, notamment dans le secteur automobile, « d’où l’intérêt d’orienter les porteurs de projets vers cette activité ». 

Soulignant l’intérêt de cette manifestation qui s’étalera sur trois jours, le commissaire du Salon a affirmé que l’objectif est de réunir les jeunes demandeurs d’emploi avec les chefs d’entreprises en quête de compétences, de permettre aux étudiants d’effectuer leurs stages pratiques et aux diplômés de trouver des entreprises pour suivre des cycles de formation complémentaire.

« En somme c’est un espace pour établir un dialogue direct à travers des entretiens d’embauche et des contacts d’information sur des offres de formation », a-t-il résumé.

Outre le recrutement et les stages pratiques et de perfectionnement, le Salon intéresse également les jeunes entrepreneurs qui souhaiteraient créer leur propre entreprise, selon son initiateur. « Car il permet aux jeunes porteurs de projets de bénéficier d’informations et d’orientations sur les mesures et procédures liées au financement des projets d’activités et à la création de la micro-entreprise », a-t-il précisé. 

Pour lui, « il est important que les futurs entrepreneurs soient au courant des secteurs porteurs et des secteurs saturés avant de lancer leur projet ». A une question sur les difficultés des jeunes diplômés à trouver des postes d’emploi, l’organisateur du Salon a affirmé qu’il appartient aux universités de corriger les lacunes des jeunes diplômés, qui peinent à se faire embaucher en dépit de leurs diplômes du fait qu’ils ne savent pas « se marketer. »

Il a proposé d’installer « des centres de carrière au sein des universités, à l’instar de ce qui se fait en Europe et aux Etats-Unis. Le rôle de ces centres est de coacher les jeunes universitaires sur la manière de rédiger leur CV, de valoriser leur potentiel lors des entretiens d’embauche, et même de les conseiller sur leur look afin de réussir à vendre leur image.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email