-- -- -- / -- -- --
Sports

FAF/ Mohamed Raouraoua sort enfin de son silence

FAF/ Mohamed Raouraoua sort enfin de son silence

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, est enfin sorti de son silence, accordant un long entretien en exclusivité au quotidien arabophone, Annasr.

Le boss, pointé du doigt dans la débâcle des Verts dans cette CAN 2017 au Gabon, est revenu sur l’élimination en question. L’occasion pour lui a été aussi de répondre à tous ceux qui l’ont descendu en flammes en lui faisant porter le chapeau tout seul.

De nombreux consultants et journalistes sur les plateaux des télés privées ont en effet attendu cette sortie de route des fennecs synonyme de cruelle désillusion pour tout un peuple pour le pointer du doigt et dénoncer sa mauvaise gestion à Dely Brahim et Sidi Moussa.

Beaucoup ne sont pas allés de main morte d’ailleurs pour lui demander tout simplement de partir avec tout son staff technique et administratif. Mais c’est compter sans le sang-froid qui caractérise ce personnage devenu persona non grata du jour au lendemain.

 Des tirs à boulets de canon loin de l’avoir affecté, il faut le reconnaître. Il dira à son interlocuteur qu’il n’accorde aucune importance à tout ce qui a été dit. Ajoutant « La preuve, je n’ai suivi aucun de ces débats à la télé. Tout ce qu’ils racontent m’est rapporté par des amis. 

Ce sont des gens en mal de célébrité qui veulent se faire un nom sur mon dos. Par leurs déclarations tapageuses et dénuées de tout fondement, ils me dénigrent et veulent induire l’opinion sportive en erreur ». Raouraoua avouera entre autres qu’il a reçu en deux jours des milliers de SMS de personnes l’assurant de leur soutien et de leur solidarité. 

Le boss de l’instance fédérale est revenu sur les raisons de sa présence à Paris, en confirmant qu’il est parti en France pour subir des contrôles médicaux. « Cela fait quelques mois que je souffre un peu. Au Gabon, j’ai eu un petit malaise, j’ai décidé alors d’aller consulter à la clinique dans laquelle j’ai l’habitude de me soigner.

Dieu merci, je me sens mieux. D’ailleurs, je vais retourner au Gabon pour assister à la fin de la CAN. Un impératif en ma qualité de membre du Comité exécutif de la CAF », dira-t-il. Son retour au pays ne se fera pas avant la fin de cette CAN.

« Tout le monde se demande quand je vais rentrer à Alger. Comme si je fais déjà l’objet d’un mandat de recherche, dira-t-il sur un ton perplexe. Il ne s’empêchera cependant pas de reconnaître par ailleurs, l’échec de l’équipe nationale au Gabon, mais en refusant de porter seul le chapeau de cette faillite.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email