Incendies de forêt : la prévention le maitre mot des experts   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Incendies de forêt : la prévention le maitre mot des experts  

Incendies de forêt : la prévention le maitre mot des experts  

Le phénomène des incendies de forêt prend en Algérie des proportions alarmantes d’année en année. Ces feux sont responsables de drames, de tragédies et de dégâts matériels considérables. Souvent, ces incendies sont considérés comme de véritables catastrophes, non seulement sur le milieu forestier, la faune et la flore, mais aussi sur l’économie du pays, et ce en raison de la destruction de fermes, d’infrastructures et d’espaces agricoles. 

Contacté par le Jeune Indépendant, Mohamed Ghefar, chercheur à l’Institut national de recherche forestière (INRF), a affirmé la nécessité d’adopter des mesures préventives pour faire face à ce fléau, en mettant l’accent sur les causes de ces incendies, dont la plupart sont d’ordre humain.

« Il y a dix ans, les incendies de forêt ne se propageaient pas aussi rapidement ni aussi violemment qu’aujourd’hui. Il est clair qu’ils deviennent de plus en plus graves à tout égard. Ils augmentent en taille, se propagent plus rapidement et se produisent dans des zones qui étaient autrefois considérées comme à l’abri des incendies. En fait, de nombreuses zones boisées, qui connaissent aujourd’hui des incendies de forêt fréquents et dévastateurs, étaient autrefois considérées à faible risque, comme la catastrophe qui est survenue l’année dernière au parc d’El-Kala », a déclaré le chercheur Mohamed Ghefar au Jeune Indépendant.

Dans le même sens, il a ajouté qu’« au cours de la dernière décennie, la situation a radicalement changé. L’incidence des incendies de forêt a considérablement augmenté et ils sont maintenant plus graves à tous les niveaux. Cela inclut leur taille, leur vitesse de propagation, leur intensité et les zones qu’ils affectent ». Dans le détail, il a fait savoir que les causes de ce changement sont complexes et multifacettes.

Le changement climatique, la sécheresse et l’augmentation du nombre de personnes vivant dans des zones propices aux incendies de forêt contribuent tous au problème. « Il est clair qu’une action urgente est nécessaire pour faire face à cette menace croissante et pour protéger nos communautés et nos environnements naturels contre une plus grande dévastation », a-t-il noté.

S’agissant de la gravité des incendies de forêt, le même responsable a expliqué : « Dans tout le territoire national, il y a eu une vague de chaleur prolongée, entraînant une végétation sèche plus susceptible de s’enflammer. Les conditions de sécheresse ont également été un facteur important. L’Algérie a connu peu ou pas de pluie pendant de longues périodes. »  

Parmi les causes majeures soulevées, le chercheur a évoqué l’activité humaine, indiquant que « ces dernières années, les activités de loisir et le tourisme ont connu une augmentation significative. En effet, de plus en plus de personnes recherchent des connexions avec la nature pour des raisons de santé mentale, de bien-être et de ressourcement.

Dans certains cas, des incendies criminels ont également été à l’origine de départs de feu. Par ailleurs, l’absence de débroussaillage, le manque d’entretien des bords de route et la négligence dans la suppression des débris végétaux favorisent l’accumulation de combustibles végétaux, contribuant à l’aggravation et la propagation des incendies et leur intensité ».

 Quelles mesures préventives et d’alerte ?

Selon le chercheur, le combat contre les incendies n’est clairement pas la solution. « Nous devons agir sur les variables que nous pouvons contrôler. Si nous continuons à accumuler des combustibles au sol, alors lorsque des incendies se produiront dans les conditions météorologiques que nous connaissons actuellement en raison du changement climatique, ces feux ne seront pas arrêtés par des interventions directes.

Nous devons nous concentrer sur la prévention des incendies plutôt que sur leur extinction, en réduisant la quantité de combustibles présents dans les zones forestières et en améliorant les mesures de surveillance et d’alerte précoce. Cela nécessite une collaboration étroite entre les gouvernements, les organisations locales, les communautés et les experts en prévention des incendies afin de mettre en place des stratégies efficaces de prévention et de gestion des incendies forestiers », a-t-il affirmé.

Pour ce qui est des mesures préventives suggérées, Mohamed Ghefar a précisé que celle-ci doivent être prises sur plusieurs plans, à savoir individuel et national. Concernant le premier point, le chercheur a déclaré qu’« à l’échelle individuelle, les résidents, en particulier ceux qui vivent à proximité des zones forestières, peuvent effectuer un entretien saisonnier simple autour de leur maison, comme dégager la végétation sèche ou enlever les débris des gouttières. Une meilleure sensibilisation à la gestion basique des incendies, y compris l’élimination adéquate des mégots de cigarette et des objets présentant un risque d’incendie, pourrait considérablement réduire le risque d’incendies ». 

Sur le plan national, il a évoqué la gestion forestière qui consistent en des pratiques appropriées de gestion forestière telles que la création et l’aménagement de couloirs coupe-feu par des plantations fruitières, le brûlage dirigé avant chaque saison d’incendies, procéder aux techniques d’aménagement paysager qui intègrent des plantes et des arbres résistant au feu (caroubier, pistachier, acacia….) qui  peuvent aider à réduire le risque de propagation du feu, l’apport de la technologie dans les systèmes de surveillance, qui comprend la cartographie des zones à risque, la simulation de propagation du feu et la détection précoce des feux. « L’utilisation de la technologie dans la prévention des feux de forêt permet une meilleure compréhension des risques et une meilleure planification de la réponse, ce qui peut aider à réduire les pertes économiques, environnementales et humaines causées par ces incendies », a-t-il souligné.

Agir sur l’éducation et la sensibilisation  

D’après le chercheur, les humains sont responsables en moyenne de 80 % de tous les incendies de forêt. « La majorité de ces incendies sont causés par des activités humaines, que ce soit intentionnellement ou accidentellement. Les principales causes humaines des incendies de forêt incluent les cigarettes jetées, les feux de camp sans surveillance, les pratiques agricoles non contrôlés, les étincelles d’équipement et l’incendie criminel. Ces incendies d’origine humaine peuvent avoir des conséquences dévastatrices, entraînant la perte de maisons, d’infrastructures et de ressources naturelles, tout en représentant des risques pour la vie humaine et la nature », a-t-il ajouté.

Evoquant les raisons du pourcentage élevé des incendies de forêt d’origine humaine, M. Ghefar a précisé que « l’une des principales raisons est le manque de sensibilisation et de négligence concernant les pratiques de sécurité incendie. De nombreux incendies commencent en raison d’un comportement imprudent. Dans certains cas, les individus ne comprennent peut-être pas pleinement les risques potentiels et les conséquences de leurs actions, ce qui entraîne l’allumage accidentel des incendies. Pour aborder la question des incendies de forêt d’origine humaine, il est nécessaire d’adopter une approche globale.

Cela implique de promouvoir l’éducation à la sécurité incendie et des campagnes de sensibilisation pour s’assurer que les individus comprennent l’importance d’un comportement responsable dans les zones à risque d’incendie. Cela comprend l’éducation des personnes sur les restrictions liées aux feux, l’élimination appropriée des matériaux inflammables et les dangers des activités imprudentes pouvant déclencher des incendies ».

Par ailleurs, il a estimé que l’application des réglementations relatives aux incendies de forêt et la mise en place de sanctions plus strictes pour ceux qui se livrent à des activités causant des incendies sont également des aspects importants. « Cela peut servir de dissuasion et encourager les individus à agir de manière responsable et à prendre les précautions nécessaires pour prévenir les incendies. La collaboration entre les organismes gouvernementaux, les organisations communautaires et les individus est essentielle pour lutter efficacement contre le problème des incendies de forêt d’origine humaine.

En travaillant ensemble pour promouvoir les pratiques de sécurité incendie, sensibiliser et favoriser un sentiment de responsabilité, nous pouvons réduire considérablement le nombre d’incendies de forêt causés par l’homme et protéger nos forêts et nos communautés contre leurs impacts dévastateurs », a-t-il conclu.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email