-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Conflit en Ukraine : La Tunisie entre l’enclume et le marteau

Conflit en Ukraine : La Tunisie  entre l’enclume et le marteau

Le représentant tunisien auprès de l’Onu avait voté par deux fois en faveur de résolutions contre la Russie, le 24 mars pour exiger l’arrêt immédiat des hostilités en Ukraine et le 7 mai pour suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme.

La Tunisie a fait partie des quatre pays Arabes conviés par le ministre américain de la Défense le 26 avril dernier pour participer à la rencontre de Ramstein sur la guerre en Ukraine.

Le ministre de la Défense nationale, Imed Memmich qui a représenté la Tunisie à cette réunion des ministres de la Défense a affirmé que son pays soutenait « toutes les initiatives internationales visant à traiter et à résoudre les conflits. Et ce, conformément aux principes de l’Organisation des Nations Unies, de la légalité internationale et de la voie du dialogue responsable. »

Une présence non-guerrière donc affichée par les autorités tunisiennes qui se contentent du minimum syndical au vu du statut d’Allié majeur non-OTAN  attribué à la Tunisie.

La joue la modération. Avec des  importation de 3,7 millions de tonnes de blé, dont 47% provenant d’Ukraine et 4% de Russie et des stocks allant jusqu’au mois de juin, Tunis a tout intérêt à ce que la guerre ne s’éternise pas et essaye aussi de maintenir de bonnes relations avec Moscou. Ce qui met la Tunisie entre l’enclume et le marteau.

Dans cette optique, les contacts entre les deux capitales se multiplient. Selon la centrale syndicale tunisienne UGTT, le Ministre des Affaires Etrangères, Serguei Lavrov,  effectuera une visite à Tunis cette semaine .
Il est aussi attendu que le Président Kaïs Saïed se rende à Moscou dans un avenir très proche.

Dans un entretien qu’il a accordé à l’agence Sputnik, l’ambassadeur de Tunisie à Moscou, Tarek Ben Salem  a affirmé que des efforts sont déployés pour concrétiser la visite du chef d’Etat tunisien à Moscou dans “les meilleurs délais”.

“Nous œuvrons actuellement à organiser la visite du président tunisien en Russie, dans les délais les plus proches”, a déclaré Ben Salem, ajoutant que  “cette visite intervient à l’occasion de la participation attendue d’une astronaute tunisienne à une mission qui décollera de la Russie vers la Station spatiale internationale”.

Toutefois, de nombreuses voix en Russie se sont élevées contre les pays Arabes ayant participé à la réunion de l’OTAN. Le député à la Douma Vyacheslav Nikonov, politologue et petit-fils du Ministre Viatcheslav Molotov, a dénoncé la présence, notamment de la Tunisie, à cette réunion, rappelant que les Etats-Unis ont détruit l’Irak, la Syrie et la Libye et que l’émergence de l’axe Pékin-Moscou allait mettre fin à l’hégémonie étatsunienne, ce qui constitue , selon Nikonov, une opportunité unique pour les pays arabes.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email