-- -- -- / -- -- --
Nationale

Face à la baisse des importations : Les prix des véhicules d’occasion flambent

Face à la baisse des importations : Les prix des véhicules d’occasion flambent

L’Algérie a réduit sa facture d’importation de véhicules de tourisme de 36,61% durant 2016, du fait de la limitation du contingent quantitatif d’importation de véhicules, fixé à 98 374 unités dans le cadre des licences d’importation.

Selon les statistiques douanières, le montant global des véhicules introduits sur le sol algérien durant l’année écoulée s’est chiffré à 1,292 milliard de dollars, contre 2,038 milliards en 2015.

Quant aux véhicules de transport de personnes et de marchandises, leur facture a été réduite de 48%, en passant à 782,36 millions de dollars contre 1,5 milliard de dollars en 2015. S’agissant des parties et accessoires de véhicules automobiles, leur facture a enregistré une légère baisse de 0,23%. Ils sont passés à 393,96 millions de dollars contre 394,86 millions en 2015.

L’Algérien, qui a toujours fait le bonheur des constructeurs automobiles européens et asiatiques en déboursant plus de 3 milliards de dollars annuellement pour l’achat de véhicules, s’est résolu à asseoir une industrie automobile locale en s’association avec ses partenaires étrangers tels Renault, Hyundai et Volkswagen, et d’autres marques asiatiques qui veulent leur emboîter le pas. L’objectif pour l’Algérie n’est pas uniquement l’installation de simples usines de montage de véhicules.

L’enjeu c’est plutôt la création d’un tissu industriel très dense. Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, l’a souligné à maintes reprises, affirmant que le taux d’intégration nationale de la pièce produite localement destinée aux véhicules montés en Algérie atteindra 40 à 50% dans les cinq prochaines années. Considérée comme une base pour l’industrialisation en Algérie, le gouvernement mise sur la sous-traitance.

Des avantages jamais accordés auparavant sont proposés dans le cadre de la loi de finances de 2017 aux entreprises de sous-traitance », avait assuré dernièrement le ministre de l’Industrie dans une déclaration à la presse. Il avait cité à ce titre une usine implantée à Jijel, qui produit, dans le cadre de la sous-traitance, des pare-brise de toutes marques et de très bonne qualité.

« Nous allons orienter tous les projets de montage automobile en Algérie vers cette usine, car elle dispose d’une certification selon les normes européennes », avait-il souligné. Le ministre a même assuré que ces PME seront accompagnées par le gouvernement au-delà des avantages octroyés dans la loi de finances.

« Actuellement, nous sommes en train de réserver au niveau des parcs industriels des espaces dédiés exclusivement à la sous-traitance », a-t-il assuré.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email