-- -- -- / -- -- --
Culture

Exposition artistique : Cycles de la vie d’une autodidacte

Exposition artistique : Cycles de la vie d’une autodidacte

Visible jusqu’au mercredi 15 décembre, à l’Institut culturel italien d’Alger, l’exposition Les cycles de l’artiste plasticienne Amina Benboureche comprend une quinzaine d’œuvres inspirées du monde végétal et de l’être humain.

Première exposition individuelle de cette artiste autodidacte, dont le vernissage a eu lieu samedi dernier, elle représente les cycles de la vie.

Amina Benboureche célébre le trait et le dessin digital en matérialisant une grande sensibilité des personnages avec des inspirations puisées dans les éléments. Elle instrumentalise les symboles et exprime des états d’âmes communs dans une collection d’illustrations digitales.

Le cycle du temps est exploré dans des lignes monochromes mis en évidence dans des œuvres comme Age de Neptune et Age de soleil. Des tableaux qui traduisent, par des dessins de femmes, la jeunesse, la floraison, l’épanouissement, ou le don de la vie par la mort et la décomposition.

En assignant à la femme le rôle de témoin du cycle de la vie, la jeune artiste esquisse dans Terre morte le drame écologique par des visages de femmes laissant place à un crâne ou encore les fleurs se transformant en fumée.

Dans cette collection, dame nature est matérialisée depuis son éclosion à son état crépusculaire en passant par le rayonnement et l’épanouissement. L’artiste utilise également beaucoup de symboles berbères et de la mythologie romaine avec une présence notable des bijoux et costumes traditionnels des Aurès.

Une autre collection de petits formats exprime des états d’âmes communs que l’auteure exprime par des dessins confinés dans des cadres circulaires renvoyant au cycle et à l’intimité. La chute, Je vais bien, Visions, Nos blessures, La traversée sont autant de réalisations qui évoquent aussi bien les souffrances tues, l’échec, le mal-être que les rêveries et la méditation.

Ce travail est présenté comme la mise en scène d’un univers inquiétant et fragile, peuplé de personnages sensibles nés des expériences intimes et états d’âme de l’artiste. Son monde onirique s’étale sur des lignes transparentes monochromes et parfois des textures malmenées, comme usure de la mélancolie humaine.

Les tons de couleurs utilisés renvoient tantôt à la dualité – noir/blanc – et tantôt à la corrosion et à la décomposition organique, témoignage du rapport cyclique dans lequel les douleurs humaines se retrouvent enfermées.

Souvent les cercles dans lesquels s’érigent ses personnages les positionnent dans un espace intemporel où ils deviennent la représentation même du tourment, s’ajoute à cela l’utilisation de symboles pour accentuer la dimension ésotérique de leurs conditions.

Voilà des illustrations graphiques sur différents supports, réalisées par une artiste qui, au fil de son temps, a élargi ses connaissances à la photographie, au collage et à toutes représentations artistiques à tendance ésotérique et spirituelle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email