Essais nucléaires français en Algérie : Un crime colonial toujours enfoui sous les sables    – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Essais nucléaires français en Algérie : Un crime colonial toujours enfoui sous les sables   

Essais nucléaires français en Algérie : Un crime colonial toujours enfoui sous les sables   

Soixante-trois ans après les premières explosions nucléaires françaises dans le sud algérien, ce crime colonial reste toujours enfoui sous les sables, alors que les conséquences de cette  tragédie définie par le droit international comme un génocide collectif, demeurent à ce jour, désastreuses sur la population et l’environnement.

A ce titre, des cercles nostalgiques du passé colonial qui tentent de résister au principe d’établir des relations normales et d’égal à égal entre l’Algérie et la France, cherchent à créer des situations  conflictuelles dans le processus d’une résolution responsable des dossiers liés à la question de la mémoire.

Car, faut-il le souligner, plus d’un demi-siècle après, les autorités françaises tergiversent toujours dans la reconnaissance de leur crime colonial et l’indemnisation de ses victimes parmi les populations des régions du sud algérien.  

Au total, 17 explosions nucléaires aériennes et souterraines ont été effectuées par la France entre février 1960 et février 1967 dans la région de Reggane et dans les cavités du massif du Hoggar près d’In Ekker.

Le 13 février 1960, la première bombe nucléaire française dénommée « Gerboise bleue » a été mise à feu sur le site nucléaire de Reggane. D’une puissance de 70 kilotonnes, soit trois ou quatre fois plus puissante que celle larguée par les Américains sur Hiroshima (Japon), la bombe a eu des retombées radioactives plus longues que prévu.

Un document sur les retombées réelles de cette explosion montre l’immensité des zones touchées et ce, jusqu’en Afrique subsaharienne, en Afrique centrale et même en Afrique de l’Ouest. 

L’ampleur des retombées radioactives a contraint la France à abandonner les expérimentations aériennes au profit d’explosions souterraines. De novembre 1961 à février 1966, il a été procédé à treize tirs dans des galeries creusées horizontalement dans la montagne dont trois n’ont pas été totalement contenus ou confinés.

Pire encore, des matières radioactives ont été laissées à l’air libre, exposant ainsi la population et l’environnement à des dangers certains. Suite à une forte mobilisation menée par les associations de victimes des explosions nucléaires françaises en Algérie et en Polynésie, le Parlement français a adopté, en 2010, une loi relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des explosions nucléaires, dite Loi Morin. 

En application de la loi Morin, une procédure d’indemnisation a été mise en place pour les personnes atteintes de maladies cancéreuses considérées comme radio-induites par les études scientifiques de référence (ONU) et résultant d’une exposition à des rayonnements ionisants.

Parallèlement à cela, plusieurs voix se sont élevées, ces dernières années, pour demander à la France d’assumer ses responsabilités historiques à travers la décontamination des sites des explosions nucléaires effectués dans le Sahara algérien et l’indemnisation des personnes souffrant de  pathologies conséquentes à ces explosions.

Ces voix s’appuient sur l’introduction et la reconnaissance officielle du principe du « pollueur-payeur » dans le nouveau traité sur l’interdiction des armes nucléaires « TIAN », ratifié le 7 juillet 2017, par 122 Etats de l’Assemblée générale de l’ONU.

Toutefois, aucune action n’a été engagée à ce jour par la France, dont la responsabilité de la contamination du territoire algérien doit être assumée, au regard du droit international, alors que la situation sanitaire et environnementale dans ces régions du Sahara demeure toujours préoccupante.

Pour faire face aux risques dus à la pollution radioactive, l’Etat a décidé de créer, en 2021, l’Agence nationale de réhabilitation des anciens sites d’essais et d’explosions nucléaires français dans le Sud algérien, mais l’Etat n’a pas attendu la création de cette agence pour procéder à la sécurisation et à la protection de ces sites qui furent le théâtre des explosions nucléaires françaises dans le sud algérien.

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email