-- -- -- / -- -- --
Nationale

Explosion à Fertial, filiale du groupe Asmidal

Explosion à Fertial, filiale du groupe Asmidal

L’explosion qui s’est produite ce vendredi au niveau de l’entreprise des fertilisants d’Algérie Fertial, filiale du groupe Asmidal, serait due, selon les premières constatations, à une fuite de gaz émanant d’une conduite fissurée.

Un énorme incendie s’en est suivi, qui a été vite maîtrisé par les éléments de la Protection civile, présente en permanence sur le site de l’usine. Mais le geste le plus important a été l’intervention rapide des agents de sécurité de Fertial, qui a permis de couper, dès les premiers moments de l’explosion, tout contact avec les équipements d’ammoniac. Donc, aucune fuite d’ammoniac n’a été constatée et les dégâts matériels qui ont découlé de cette explosion sont minimes.

Contacté, Lakhdar Zadi, secrétaire général du syndicat d’entreprise de Fertial, est formel : « Ce n’est qu’un incident dû à une fuite de gaz provenant d’une conduite, et aucune fuite d’ammoniac n’a été relevée. C’est un incident minime, mais qui a sérieusement endommagé une bonne partie des câbles électriques qui vont être changés rapidement. Donc il n’y aura aucun impact sur la production dans les jours à venir. » Mais hier la tristesse se lisait dans les yeux des travailleurs, car le feu a fait une victime, un jeune technicien âgé de 36 ans, brûlé au 2e degré.

Actuellement il est hospitalisé au CHU Ibn Rochd. Selon Lakhdar Zadi, la direction de Fertial compte l’évacuer vers une clinique européenne spécialisée dans les grands brûlés. Ainsi, même si l’explosion qui a été suivie d’un grand incendie n’a pas eu des conséquences graves tant environnementales que matérielles, il reste que l’implantation en milieu urbain de l’usine de Fertial pose toujours problème. Située à moins de 2 kilomètres du chef-lieu de la commune d’El-Bouni, de 3 kilomètres du chef-lieu d’Annaba et à 500 mètres des cités populaires de Seybouse et Sidi Salem, l’usine de Fertial, groupe d’Asmidal, pose un véritable problème, surtout quand on sait que toutes les usines d’ammoniac à travers le monde sont toujours implantées à environ 40 kilomètres des habitations urbaines.

Construite du temps de feu Houari Boumediene en raison de sa proximité du port d’Annaba à des fins d’exportations, les initiateurs de cette usine d’engrais phosphatés n’avaient pas tenu compte du facteur de risque humain. Aujourd’hui, selon plusieurs associations écologiques, son démantèlement ou son déplacement est devenu une affaire urgente.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email