Expansionnisme et provocation contre l’Algérie : L’hystérie marocaine – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Expansionnisme et provocation contre l’Algérie : L’hystérie marocaine

Expansionnisme et provocation contre l’Algérie : L’hystérie marocaine

Encore une fois, le Maroc a révélé la nature de son régime belliqueux et expansionniste envers l’Algérie. A travers ses propres porte-voix médiatiques, connues de tous, il dévoile au grand jour son ambition démesurée et annexionniste de vouloir bâtir un empire fantasmagorique sur des territoires qu’il ne connait pas, sur des peuples libres depuis l’ère du néolithique. Voilà que cette mouche, en support papier, « Maroc Hebdo » publie à la Une une infâmante carte, synonyme de provocation outrée et d’une agression caractérisée.

Le rêve, apparenté à une gâterie d’enfant de palais, est d’ériger un « Grand Maroc » qui s’étale jusqu’au Sénégal, à l’Ouest du continent africain et qui englobe aussi bien la Mauritanie, terres des maures, la Sakiet El Hamra, Ouadi Eddehab et tout le Sahara de l’est algérien de Béchar jusqu’à Adrar pour arriver aux confins du Mali. Le média, proche des services de sa majesté, revient sur les revendications exacerbées, toutes récentes, de Hamid Chabat, qui occupait le poste de SG du parti Istiqlal, ce dernier demeurait fidèle à la doctrine de Allal El Fassi.

Cet hebdomadaire, dans ses élucubrations, ne fait que déterrer « sa bombe à retardement » en abordant le dossier des territoires marocains annexés à l’Algérie par l’occupation française. Tindouf, Béchar, Gara Jbilet, Hassi Beida, Kenadsa, Touat, sont ainsi cités comme exemple de villes qui sont marquées par le sceau de la « moubayaâ » au sultan de Marrakech, de Fès et de Rabat. Le comble dans ce dossier est de suggérer d’une manière dévoyée, non seulement de rejeter la convention de 1972, qui prévoyait une ratification du tracé frontalier, mais d’une remise à plat, de « rebattre les cartes ».  

Agité par ses cauchemars territoriaux, ce régime vit sans doute à l’ère du moyen-âge, avec de l’encens à profusion. Il feint de croire qu’avec ses troubadours politico-médiatiques, il pourra éloigner les mauvais présages qui annoncent l’effondrement imminent de ses palais et de sa doctrine. Agglutiné autour des sorciers sionistes, pensant trouver auprès d’eux une miraculeuse parade ou une hypothétique source de jouvence, ce régime s’octroie ainsi des droits chimériques sur non pas des sujets ou des tribus, mais sur des citoyens libres, sur la vraie histoire de ces pays.

Plus qu’une carte géographique, publiée sur cette publication qui pointe aux antipodes de l’éthique journalistique, un appendice du palais marocain, il s’agit évidemment d’une énième provocation à l’encontre non seulement d’un pays ou Etat souverain, mais à son peuple et à son histoire séculaire. Il serait fastidieux d’y répéter encore à ses querelleurs d’une époque révolue que l’Algérie a son regard tourné vers l’avenir et ses perspectives sont imaginées à partir de son propre sol, de ses propres terres et de sa propre histoire. Une Algérie jalouse de son indépendance arrachée par le sang des millions de martyrs, dont les crânes sont encore exposés dans des musées de l’histoire coloniale.

Pour les observateurs, la Une de cet hebdomadaire ne surprend guère. D’ailleurs, il y a un an, l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, a révélé les velléités expansionnistes du Maroc en affirmant que le roi Mohamed 6 exhibe dans son bureau une carte du Maroc qui inclut le Sahara occidental, la Mauritanie et de grandes parties de l’ouest algérien.

Lors un séminaire online consacré à la situation en Afrique du Nord et au conflit du Sahara Occidental, suite à l’assassinat prémédité de trois camionneurs algériens dans un bombardement de l’armée marocaine à Bir Lahlou alors qu’ils se rendaient en Mauritanie, John Bolton révéla que lors d’un voyage au Maroc en 1997 il découvre stupéfait dans le bureau de Mohamed VI, alors prince héritier, une carte du Maroc plus grande que l’actuelle.

” J’ai accompagné l’ancien secrétaire d’Etat James Baker lors l’un de ses déplacements au Maroc, et en rentrant dans le bureau du roi actuel, mon regard s’est jeté sur une carte du Maroc accrochée au mur derrière son bureau qui comprend le Sahara occidental, la Mauritanie et la moitié ouest de l’Algérie”, a-t-il indiqué. Bolton a souligné qu’il “existe une grande tension dans la région, mais ce n’est pas l’Algérie qui en est la cause”.

Connu pour être un fervent partisan de la guerre et un adepte de la guerre préventive, Bolton s’est montré outré par la volonté, assumée par le Roi, d’annexer aussi bien les territoires du Sahara occidental, de la Mauritanie ainsi qu’une partie de l’Algérie.

Cette révélation du diplomate américain n’est pas un pavé dans la mare, puisque les Algériens connaissent depuis la révolution contre le colonialisme français cette fameuse « poussée » expansionniste du makhzen. Au lendemain de l’indépendance, Rabat a lancé ses troupes sur les régions de Tindouf et Béchar, tentant de les conquérir par la force. Une offensive sanglante qui a laissé des traces et a marqué les esprits, confortant ainsi les convictions des Algériens sur les velléités annexionnistes du Makhzen. Dix années plus tard, il attaqua le Sahara occidental abandonné par l’armée d’occupation espagnole.

Tous les pays africains, membres de l’Union africaine, ont signé en 1963 la charte du respect des tracés hérités du colonialisme. Sauf le seul Maroc, qui suit une doctrine d’une autre entité sioniste, qui rêve du Grand Israël, annexant des terres en Cisjordanie, en Jordanie, en Syrie et ailleurs.

Exhiber la carte du Grand Maroc, aujourd’hui et encore demain, est encore une preuve que la source de toutes les tensions dans la région nord-africaine est bel et bien le palais royal marocain. L’évidence est claire, nette et précise : le danger pour la paix en Afrique du nord et au Sahel, c’est bien le régime du Maroc.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email