-- -- -- / -- -- --
Culture

Exclusivité pour le patrimoine national

Exclusivité pour le patrimoine national

En ce moment, la vie culturelle et artistique atteint des sommets le soir, dans la capitale, à partir de 22 heures. Le caractère fondamental de cette animation consiste dans le fait qu’elle est exclusivement dédiée au patrimoine national.

Le mois de ramadhan constitue une occasion rêvée et longuement attendue par nos artistes pour se produire en masse sur scène. C’est qu’il y a du travail pour eux pendant presque un mois, et surtout il y a public, qui semble absent les autres jours de l’année. C’est surtout la belle période du chaâbi.

Pendant les soirées du ramadhan, ce genre musical populaire, qui fait partie de notre patrimoine, est en fête. Cette année, les concerts de chaâbi ont inondé la place d’Alger.

Tous les musiciens et chanteurs, connus ou peu connus, existant dans la capitale et même dans d’autres villes du pays ont été mobilisés. L’Etablissement arts et culture a mis le paquet cette année pour un renouveau de cette musique. Il a réservé son espace de la pêcherie au chaâbi et a mis à l’affiche, chaque soir, de jeunes talents tellement doués qu’ils rejoindront certainement à l’avenir le monde des maîtres.

La commune d’Alger-Centre fait également revivre le chaâbi comme au bon vieux temps. C’est en plein air, place Emir Abdelkader, que les concerts ont lieu. L’Office national de la culture et de l’information rend hommage, quant à lui aux monuments du chaâbi, à l’instar de Hasnaoui, El-Hadj M’hamed El-Anka et Hachemi Guerrouabi. La musique andalouse est également reine durant ce ramadhan.

C’est le moment idéal pour les associations de musique andalouse d’organiser des soirées mémorables. Le palais de la Culture est en tête dans ce programme dédié à cette musique, suivi par la salle Ibn Zeydoun de l’Office Ryadh El-Feth et, pour ce mois de ramadhan, par les espaces verdoyants des jardins de la villa Abdeltif. La salle Ibn Khaldoun, pour sa part, réserve sa scène aux vedettes de l’andalou, à l’image de Lila Borsali, mais aussi à des hommages aux maîtres de l’andalou.

Le disque du mérite a été remis à Nouredine Saoudi pour le travail accompli au service de la préservation du patrimoine musical algérien, et ce à l’occasion de la sortie d’un coffret de treize CD. Le hawzi vit aussi ses plus beaux jours durant le mois de ramadhan. Hamidou est invité partout.

Le chant religieux est, quant à lui, à l’affiche de la salle Atlas. Là aussi, c’est uniquement des groupes nationaux de tout le territoire national qui participent. La vie intellectuelle est aussi bien présente durant ce mois de ramadhan. La librairie de l’Anep, avenue Pasteur, joue un rôle méritoire dans ce domaine avec ses passionnantes rencontres littéraires, poétiques et sur les traditions ancestrales liées au patrimoine. Même le cinéma est actif. La salle El-Mouggar organise quatre séances l’après-midi avec, à l’affiche, des films algériens, aussi bien récents que classiques.

Pour ceux qui restent chez eux, la télévision algérienne a produit un programme dense et riche avec des acteurs et artistes algériens évoluant dans le seul environnement de la société algérienne. Le programme de ce mois de ramadhan est donc extrêmement riche au grand bonheur des citoyens et du génie créatif de nos artistes. Tout le monde souhaite que cette embellie d’un mois déborde, ne serait-ce qu’en partie, sur les autres périodes de
l’année.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email