-- -- -- / -- -- --
Sports

Eternel et légendaire Real Madrid

Eternel et légendaire Real Madrid

La Juventus Turin a laissé passer sa chance… Après une première période équilibrée et spectaculaire, le Real Madrid a pris l’ascendant (4-1) et conserve donc sa Ligue des champions, la 12e de son histoire. Evidemment, Cristiano Ronaldo a fait mal à la Vieille Dame en signant un doublé.

La Juventus Turin n’avait, en tout et pour tout, encaissé que trois buts au cours de la saison qui s’achève en Ligue des champions. Forcément, on attendait avec impatience l’opposition entre les artificiers du Real Madrid et les expérimentés tauliers défensifs des Bianconeri.

Et cette finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes a apporté une cinglante réponse à Massimiliano Allegri, puisque ses troupes n’ont pu que constater les dégâts au coup de sifflet final (4-1).

C’est bien le Real Madrid qui conserve son trophée, emportant ainsi la 12e C1 de son histoire, la deuxième de rang pour des Merengues dirigés par un Zinedine Zidane qui entre un peu plus dans la légende d’un club dont la vitrine à trophées affiche complet depuis plusieurs années déjà. Mais ce succès, les Merengues ont dû cravacher pour aller le chercher, notamment durant le premier acte.

Une 5e finale perdue pour la Juve

Car à l’issue des 45 premières minutes de cette affiche de gala, bien malin celui qui pouvait prédire le scénario qui allait se dessiner par la suite. Car c’est bien la Juventus qui se montre à son avantage, nettement plus tranchante dans les duels et particulièrement bien organisée pour étouffer les offensives adverses.

Pourtant, les Transalpins prennent une leçon de réalisme lorsque Cristiano Ronaldo débloque la situation d’une belle reprise du droit (1-0, 20e). Mais Mario Mandzukic récompense la grinta des champions d’Italie par un but exceptionnel (1-1, 26e), venu ponctuer un mouvement collectif de toute beauté. A cet instant, la Vieille Dame mène au point…Mais au retour des vestiaires, les Bianconeri sont méconnaissables, comme éteints physiquement, et le collectif s’effrite.

Casemiro trompe la vigilance de Gianluigi Buffon à l’heure de jeu (2-1, 61e), grâce une déviation de l’ancien Merengue Sami Khedira, puis Cristiano porte l’estocade et s’offre un doublé, profitant d’un très bon travail de Luka Modric côté droit, et d’une mésentente entre Giorgio Chiellini et Leonardo Bonucci (3-1, 63e).

La messe est dite, mais Marco Asensio, entré en cours de jeu, comme Gareth Bale par ailleurs, va corser l’addition (4-1, 90e).Le rêve turinois est passé, et la Juve perd une nouvelle finale de Ligue des champions, comme en 2015, 2003, 1998 et 1997.

Voilà une cinquième finale de rang perdue en C1 pour le plus grand club d’Italie, qui est donc bien loin de pouvoir rivaliser avec ce qui paraît s’imposer comme une évidence, à savoir que le Real Madrid présente le plus beau palmarès de l’histoire du football.

Déclarations des entraîneurs

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid) : « Je me sens très heureux. On ne pouvait rêver de quelque chose de mieux. L’année a été spectaculaire avec ce titre remporté lors de la dernière journée de championnat. Nous avons joué contre une grande équipe et c’était du 50-50. En seconde période, nous avons pressé haut, nous avons gagné le match physiquement. Nous avons montré de la détermination. (…). Ce soir nous étions vraiment forts et nous pouvons dire que nous méritions de gagner la Liga et la Ligue des champions. »

Massimiliano Allegri (entraîneur de la Juventus Turin) : « Je veux féliciter mes joueurs pour ce qu’ils ont fait cette saison. Nous avons gagné la Coupe, le Championnat et nous avons atteint la finale de la Ligue des champions. (…)

Nous avons d’abord bien joué en première période, puis le Real a appuyé sur l’accélérateur. Nous savions que nous jouions contre une superbe équipe.

Certains ont dit qu’ils étaient chanceux d’être là : ce n’est pas vrai. Avec un joueur (Ronaldo) qui marque autant de buts, qui vise le Ballon d’or, c’est un avantage. (…) Nous aurions dû rester dans le match et revenir, c’est la seule critique que je peux faire.

Le Real a très bien joué en défense, ce n’était pas facile pour mes attaquants de passer et il faut dire que Dybala jouait sa première finale.(…) Nous devons nous améliorer dans la gestion du jeu, quand accélérer et quand ralentir.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email