-- -- -- / -- -- --
Nationale

Essais nucléaires français en Algérie: un dossier à régler

Essais nucléaires français en Algérie: un dossier à régler

A l’occasion de la commémoration du 60ème anniversaire des explosions nucléaires à Reggane, dans le Sud algérien, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a déclaré jeudi, à Adrar, que l’Algérie commémorait “un crime de destruction de l’humanité, perpétré contre des innocents”. Et que “le dossier des explosions nucléaires françaises en Algérie fait partie des dossiers en suspens qu’il appartient de régler pour établir des relations normales avec la France”.
Le ministre s’exprimait à l’ouverture des travaux d’un colloque organisé dans le cadre de la commémoration du 60ème anniversaire des explosions nucléaires menées par la France coloniale dans la région de Reggane. Il a souligné que le dossier des explosions nucléaires françaises en Algérie est abordé explicitement dans le plan du gouvernement, adopté par le Parlement, dans son volet lié à la mémoire nationale ouvert entre l’Algérie et la France
Ajoutant que « l’Algérie a cessé de négocier avec la partie française après avoir constaté le manque de sérénité manifesté par la France dans ces négociations ».
M. Zitouni a estimé que « la commémoration de ce douloureux anniversaire véhicule plus d’un message à la partie française », soulignant que la reprise des négociations par les commissions là où elles sont arrivées et l’examen de solutions sont tributaires du sérieux dont fera preuve cette dernière dans le règlement de cette question.
Mettant l’accent sur la responsabilisation de la France de ces crimes, le ministre a réitéré le rejet catégorique par l’Algérie de la loi Moran promulguée par la France, avant de rappeler les suggestions et la position officielle à l’égard de cette question jusqu’à l’aboutissement de ces dossiers dans le cas où la France voudrait établir des relations normales avec l’Algérie.
Pour rappel, les victimes irradiées par les tests nucléaires effectués par la France coloniale à Reggane poursuivent leur combat pour que les autorités françaises assument leurs responsabilités en les indemnisant des effets de ce crime abject.
A ce jour, selon le rapport du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, une seule victime a eu une offre d’indemnisation sur les 438 dossiers déposés.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email