-- -- -- / -- -- --
Monde Europe

Espagne: La gauche de Sanchez lourdement défaite aux élections régionales

Espagne: La gauche de Sanchez lourdement défaite aux élections régionales
Juan Moreno

Les socialistes du premier ministre espagnol Pedro Sanchez ont essuyé dimanche un nouveau revers électoral dans leur ancien fief d’Andalousie (sud), un scrutin régional clé qui place la droite en position de force à un an et demi des prochaines élections nationales.

Le Parti populaire (PP) a obtenu à lui seul la majorité absolue lors des élections régionales en Andalousie, une première dans l’histoire de la démocratie espagnole qui conforte le parti conservateur en vue des élections nationales fin 2023.

L’Andalousie, région la plus peuplée d’Espagne avec 8,5 millions d’habitants, a été pendant 40 ans un bastion du parti socialiste, avant de basculer à droite en 2018. Elle était dirigée depuis par une coalition menée par le PP.

Le PP a obtenu 43% des voix lors d’un scrutin qui faisait figure de test pour le nouveau dirigeant conservateur au niveau national, Alberto Nunez Feijoo, qui défend une ligne modérée face à la poussée du parti d’extrême droite Vox.

Le parti socialiste n’a recueilli que 24% des suffrages, son plus mauvais résultat dans la région du sud de l’Espagne depuis le rétablissement de la démocratie.

Cette victoire « historique » du PP en Andalousie va lui permettre de ne pas avoir à dépendre de l’extrême droite et place son nouveau chef, le modéré Alberto Núñez Feijóo, en position de force en vue des prochaines élections nationales prévues fin 2023.

« Ce triomphe est celui de la modération et d’une autre façon de faire de la politique et c’est une très bonne chose pour toute l’Espagne », a lancé la numéro deux du parti conservateur, Cuca Gamarra.

En gagnant en Andalousie, le PP inflige un troisième revers consécutif à la gauche espagnole lors d’un scrutin régional, après celui de Madrid en mai 2021 et celui de Castille-et-Léon en février.

« Coup dur » pour Sanchez
L’Andalousie est un ancien bastion historique des socialistes qui l’ont gouvernée sans interruption de 1982 aux dernières élections régionales de 2018.

Éclaboussés par un scandale de corruption, ils avaient alors été chassés du pouvoir par une coalition formée par le PP et les centristes de Ciudadanos, et soutenue au parlement régional par la formation d’extrême droite Vox.

Ce nouveau revers en Andalousie est un « coup dur » pour le PSOE après lequel Pedro Sanchez pourrait faire face à une bataille difficile pour être réélu fin 2023, soulignait, avant le scrutin, Antonio Barroso, analyste au cabinet de conseil Teneo.

Face à un PP « dans une bonne dynamique », le chef du gouvernement, arrivé au pouvoir en juin 2018, pourrait en effet « avoir du mal à vendre les résultats de son gouvernement face aux inquiétudes des électeurs concernant l’inflation et sa politique étrangère », selon les spécialistes .

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email