-- -- -- / -- -- --
Nationale

Entretenir la flamme de la Révolution et perpétuer ses éternelles valeurs

Entretenir la flamme de la Révolution et perpétuer ses éternelles valeurs

Une imposante cérémonie a eu lieu à l’école de police Ali-Tounsi de la Direction générale de la Sûreté nationale, commémorant les manifestations du peuple algérien, le 11 décembre 1960 pour un « non à l’Algérie française ».

Au cours de cette journée marquée par la présence de trois ministres, de responsables d’institutions nationales ainsi que d’anciens moudjahidine, des hommages ont été rendus au président de la République Abdelaziz Bouteflika, à l’illustre diplomate Lakhdar Brahimi et à la famille du colonel Lotfi
C’est un accueil des plus chaleureux qui a été réservé à Lakhdar Brahimi.

Homme profondément engagé par le passé comme par le présent à la confirmation de la souveraineté de l’Algérie et de son rayonnement international, Lakhdar Brahimi constitue le symbôle à honorer dans ces circonstances d’appel à la mémoire pour la défense des valeurs éternelles puisées dans les enseignements de la Révolution de Novembre.

Dans son intervention très remarquée, il a justement mis en lumière ces valeurs constituant les bases fondamentales de la nation algérienne et sa disponibilité à les inculquer et d’en assumer la responsabilité pour les questions de brûlantes actualités et les causes justes à travers le monde.

Très à l’aise dans son discours. Lakhdar Brahimi, dans une langue nationale à la fois simple et académique, a tenu à répondre aux nombreuses questions qui lui ont été posées, notamment sur la situation au Proche-Orient, sur les pays du Maghreb et ceux de l’Afrique.

Un hommage appuyé lui a été ensuite rendu par le ministre de l’Intérieur Nouredine Bedoui et le directeur général de la DGSN.

Cet hommage s’est poursuivi avec la remise d’attestations honorifiques à la famille du colonel Lotfi dont le musée de l’école a été baptisé de son nom. Cette famille venue de la capitale de l’Ouest était composée de deux frères de ce héros de la guerre de libération nationale, de ses deux sœurs et de trois nièces.

La cérémonie de commémoration de ces manifestations du 11 décembre 1960 a été présidée par le directeur de DGSN, Abdelghani Hamel. Elle a eu une dimension spirituelle et hautement religieuse avec la récitation de versets du Coran puis avec l’écoute dans un recueillement profond de l’hymne national.

L’ensemble des étudiants et des stagiaires de l’école, garçons et filles ont participé à cet événement, portant leur éclatante tenue d’apparat.

Cette participation entière à cette commémoration explique la préoccupation toujours présente d’impliquer les nouvelles générations dans la connaissance des hauts faits historiques qui ont mené à l’indépendance de l’Algérie, ces hauts faits étant marqués et associés par de lourds sacrifices consentis par leurs aînés.

Le devoir de mémoire et son entretion s’imposent ainsi aussi bien aux anciens qu’aux jeunes n’ayant pas vécu ces moments de l’histoire récente de notre pays.

Parmi les valeurs éternelles qui ont émaillé la Révolution, trois ont été retenues, fidélité, engagement, patrie. Ils sont inscrits en immenses caractères sur le fronton du bâtiment central de l’école supérieure de police Ali-Tounsi. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email