-- -- -- / -- -- --
Monde

Entrée en vigueur d’une trêve dans l’Est du pays

Entrée en vigueur d’une trêve dans l’Est du pays

Une semaine cruciale pour l’avenir de l’Ukraine s’est ouverte avant-hier avec en ligne de mire l’entrée en vigueur espérée hier d’une trêve dans l’Est prorusse et les premières négociations de paix depuis trois mois entre Kiev et les rebelles.

Les deux camps se sont mis d’accord la semaine dernière sur une nouvelle trêve le 9 décembre qui, si elle est respectée, doit aboutir au retrait des armes lourdes du front et à la création d’une zone tampon.

Ce « Jour de silence » devrait coïncider avec la relance des pourparlers de paix à Minsk, mais des incertitudes restaient lundi soir sur la date du début de cette rencontre destinée à mettre fin au conflit dans l’est du pays qui a fait plus de 4.300 morts en huit mois selon l’ONU.

Le président ukrainien Petro Porochenko avait invité les négociateurs à se retrouver hier dans la capitale bélarusse, les rebelles disant préférer un report jusqu’à vendredi.
« Nous allons participer aux négociations, mais nous voulons être mieux préparés », a indiqué Andreï Pourguine, le président du « Parlement » de la DNR.

Une source dans l’entourage du dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a pour sa part indiqué que la date du 9 était toujours d’actualité, même si « rien n’est sûr à l’heure actuelle ». Interrogé, le service de presse de Porochenko a dit lundi soir « ne pas disposer d’informations » sur la date.

Ces négociations visent à relancer le processus de paix entamé début septembre à Minsk entre le Groupe de contact composé de représentants de l’Ukraine, de la Russie et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et les rebelles.
Kiev demande toutefois l’annulation des élections séparatistes qui se sont tenues le 2 novembre dans les territoires sous contrôle des rebelles, ce qui sera sans doute l’un des principaux points de blocage.

Le président ukrainien a souligné lundi que ces accords seraient « la base d’un règlement pacifique » du conflit. Il a également appelé à une réunion du Groupe de contact sur l’Ukraine « dès que possible » pour mettre en œuvre le nouveau cessez-le-feu.

Ces initiatives de paix, qui ne sont pas les premières, sont toutefois à prendre avec prudence, les trêves précédentes ayant échoué. Les rebelles et l’armée ont d’ailleurs d’ores et déjà annoncé qu’ils n’hésiteraient pas à répliquer si l’autre camp ne respectait pas le cessez-le-feu.

Les combats n’ont d’ailleurs pas perdu en intensité pendant le week-end, provoquant la mort d’au moins 11 civils. Les autorités ukrainiennes ont pour leur part annoncé un soldat tué et neuf blessés en 24 heures.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email