Enseignement supérieur : L’enseignant mieux évalué – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Enseignement supérieur : L’enseignant mieux évalué

Enseignement supérieur : L’enseignant mieux évalué

Dans un contexte marqué par de fortes critiques du système d’évaluation des enseignants universitaires, la Fédération nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (FNESRS), a présenté une série de propositions pour l’amélioration de ce système, lors d’une réunion tenue au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Réaffirmant son engagement à travailler en étroite collaboration avec la tutelle pour améliorer le système d’évaluation des enseignants universitaires, la FNESRS a estimé que cette réunion constitue une étape importante vers un système d’évaluation plus juste, transparent et efficace.

Elle a également assuré que les propositions élaborées en concertation avec les enseignants et les partenaires sociaux, visent à renforcer la transparence, l’équité et l’efficacité du système d’évaluation des enseignants universitaires. Ajoutant que cela devrait avoir un impact positif sur les enseignants et les étudiants, contribuant ainsi à l’émergence d’un système d’enseignement supérieur plus performant et plus attractif.

Consciente de l’importance d’une transition en douceur vers le nouveau système d’évaluation, la fédération a proposé de maintenir le système actuel pendant une période de quatre ans.

Elle a expliqué que cette mesure contribuera à stabiliser et consolider le système d’évaluation grâce à une transition en douceur qui permettrait aux enseignants de se familiariser progressivement avec les nouvelles procédures. L’objectif étant de garantir une application fluide et efficace des nouveaux mécanismes d’évaluation.

Pour accompagner cette transition, la FNESRS a également suggéré l’organisation de deux sessions de promotion par an pour les grades de professeur et de maître de conférences. Cette augmentation de la fréquence des promotions permettra aux enseignants de présenter leurs dossiers de manière plus régulière et de mieux planifier leur carrière professionnelle, estime les représentants des enseignants et des chercheurs universitaires.

Parmi les propositions phares présentées à la tutelle, la FNESRS a appelé à assouplir les conditions de recrutement et promotion et d’élargir les critères d’évaluation. Soucieuse de promouvoir une reconnaissance plus inclusive des enseignants. La fédération a proposé d’annuler la condition d’encadrement de doctorat qui est exigée dès l’inscription au concours des promotions de grade.

Cette mesure vise à faciliter l’accès à la promotion pour les enseignants talentueux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de diriger un doctorat, tout en encourageant l’encadrement au niveau du master, un niveau de formation pertinent pour de nombreuses disciplines.

Parallèlement à ces mesures d’assouplissements, la FNESRS a plaidé pour un renforcement des critères d’évaluation des enseignants.

L’objectif étant de promouvoir la compétitivité et l’excellence scientifique et pédagogique, en tenant compte des exigences du nouveau système d’évaluation. Ces critères élargis pourraient inclure, notamment, la participation à des projets de recherche au niveau national et international, la publication d’articles dans des revues scientifiques de renom, la contribution à l’encadrement des étudiants e ainsi qu’une plus grande implication dans les différentes activités organisée en dehors des cours par les centres universités et les instituts de recherches.

En outre, dans le cadre de la prise en charge des principales préoccupations des concernée face à des incompréhensions des critères du nouveau système d’évaluation , la fédération a également suggéré la création d’une commission de recours pour les enseignants qui contestent une évaluation, l’organisation d’ateliers de formation sur le nouveau système d’évaluation, la mise en place en place d’un système de mentorat pour accompagner les nouveaux enseignants.

Ces propositions complémentaires visent à garantir une « application équitable et transparente du nouveau système d’évaluation et à accompagner au mieux les enseignants dans cette transition » a expliqué la même source .

Par ailleurs, en reconnaissance aux efforts inlassables des enseignants et des chercheurs universitaires dans le bond qualitatif de l’université algérienne, la FNESRS a également mis l’accent sur l’amélioration de leurs conditions de travail. Cela inclut notamment la mise à disposition de ressources pédagogiques modernes, l’accès à des formations continues de qualité et la création d’un environnement de travail propice à la recherche et à l’innovation.

A l’issue de la réunion de travail, la fédération affirme que la majorité des propositions ont été accueillies favorablement par tutelle, qui s’est engagé à les étudier attentivement. Ajoutant que dès la validation des propositions par le ministre de l’enseignement supérieur, des mesures seront rapidement prises pour pour leur mise en œuvre concrète lors des prochaines évaluations des promotions et recrutement des enseignants universitaires.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email