-- -- -- / -- -- --
Nationale

Enseignement supérieur: Le CNES opte pour l’apaisement

Enseignement supérieur: Le CNES opte pour l’apaisement

Le Conseil national des enseignants du Supérieur (CNES) a annoncé, ce mardi, sa décision de renoncer à l’appel à la grève qu’il avait lancé pour protester contre les déclarations du ministre de l’Enseignement supérieur, Chems-Eddine Chitour, soulignant avoir opté pour l’”apaisement” en réponse à l’appel du Premier ministre, Abdelaziz Djerad.

“Les membres du CNES ont accueilli favorablement l’offre du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, portant apaisement de la situation pour une meilleure stabilité de l’Université”, a précisé le CNES dans un communiqué rendu public à l’issue de la session extraordinaire tenue lundi à Alger, en présence des représentants de 49 sections syndicales.

Le CNES a, par ailleurs, exprimé “ses remerciements au Premier ministre pour son haut sens de responsabilité et sa culture d’homme d’Etat soucieux de la stabilité de l’université et de la patrie, perçus lors de ses entretiens avec le coordinateur national du syndicat, Abdelhafid Milat, afin d’apaiser la situation, mais aussi pour son engagement à ouvrir les canaux de dialogue à même de prendre en charge tous les problèmes en suspens”.

Le même syndicat a en outre ajouté avoir décidé de “maintenir ouverte sa session en vue de suivre tous les développements et fixer la date d’une réunion, dans les tout prochains jours, afin de présenter un état des lieux sur la réalisation des objectifs d’apaisement”.

Le CNES avait, rappelle-t-on, appelé dans un communiqué à un sit-in devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et menacé d’entrer en grève pour protester contre les déclarations que le ministre avaient faites devant les membres du Conseil de la Nation, des déclarations qualifiées “d’irresponsables”.

Plusieurs organisations syndicales activant dans le secteur avaient, rappelle-t-on, fustigé les déclarations du ministre, indiquant que l’Algérie traversait une étape “décisive qui nécessite la réhabilitation de l’élite nationale dans la place qui lui sied, notamment à travers la valorisation du rôle de l’enseignant-chercheur, au regard de son rôle important dans le processus de développement et de renouveau”.

De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems-Eddine Chitour avait affirmé que les déclarations qui lui ont été attribuées sur les réseaux sociaux concernant les enseignants étaient “infondées”, relevant que ses déclarations au Conseil de la Nation s’articulaient autour de ” l’encadrement pédagogique dans certains établissements universitaires”.

“En ma qualité de Professeur, il m’est inconcevable de tenir des propos tels que ceux m’ayant été attribués”, a-t-il précisé, soulignant que “l’enseignant universitaire dans le secteur, tous grades confondus, est la pierre angulaire du processus de promotion de l’Université”.

A lire aussi: ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : APPEL À LA RÉVISION DES STATUTS DES ENSEIGNANTS

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email