-- -- -- / -- -- --
Nationale

Enseignants du primaire: Les engagements de Ouadjaout

Enseignants du primaire: Les engagements de Ouadjaout

Le ministre de l’Education nationale Mohamed Ouadjaout, qui a pris connaissance des grandes inquiétudes des enseignants du primaire, s’est engagé, lors d’une rencontre mardi avec le syndicat autonome des enseignants du primaire, à prendre en charge ses préoccupations, et ce dans l’intérêt de l’élève et de l’école algérienne. 

Cette rencontre était une occasion pour débattre toutes les problématiques posées par les enseignants du primaire, notamment celles liées aux volets pédagogique, social et professionnel. 
Elle entre dans le cadre des séries de rencontres bilatérales programmées du 20 février au 12 mars 2020 avec l’ensemble des partenaires sociaux.

Le ministre de l’Education a, lors de cette rencontre, souligné que le nombre des élèves dans les trois paliers est en augmentation, 5,9 millions répartis sur 27 634 établissements scolaires. Ces élèves sont encadrés par 729 614 enseignants et administrateurs. Pour le ministre, ces chiffres sont importants, mais cela reste un gain quantitatif. « Le plus important, ce sont les efforts déployés pour atteindre l’école de qualité, qui restent loin à réaliser en raison des déséquilibres dont souffre la vie scolaire », a-t-il souligné.
Le ministre a fait remarquer que les élèves souffrent de l’intensité des programmes et des difficultés d’apprentissage, qui influent sur le taux de réussite scolaire.

« D’où la nécessité de travailler davantage pour réaliser les réformes nécessaires pour aboutir à une école algérienne qui avantage la qualité de l’enseignement au lieu de la quantité », a indiqué le ministre. Il a fait savoir que la feuille de route du gouvernement, notamment le volet éducatif, comporte six axes, à savoir la scolarité obligatoire, la réforme pédagogique, l’amélioration de la gouvernance du système éducatif, le professionnalisme des travailleurs dans le domaine de la formation, le soutien scolaire et le dialogue social.

Ouadajout a, sur ce dernier point, affirmé que la tutelle n’avait jamais été consacrée à un axe distinct spécialement pour le partenariat social. Son objectif est « d’assurer la stabilité du secteur, de pouvoir élaborer une stratégie nationale globale et intégrée, de mettre en œuvre le projet de promotion de l’éducation, en diagnostiquant les déséquilibres et les lacunes ».
Le ministre a souligné, par ailleurs, la nécessité de donner de l’importance à l’enseignement primaire, en se concentrant sur l’amélioration de l’enseignement, en adoptant des outils d’évaluation pédagogiques, accompagnés de procédures d’amélioration du contenu, d’allègement du poids du cartable et d’intégration des technologies de l’information et de la communication dans les classes, tout en travaillant à l’amélioration des conditions de travail des enseignants.

Enfin, le ministre a réitéré son engagement et celui des cadres du secteur d’œuvrer dans cette dynamique afin d’ancrer la culture du dialogue et du respect mutuel afin de contribuer tous à l’amélioration du rendement et de relever tous les défis en prenant en compte les intérêts suprêmes du pays.

A lire auss: LES ENSEIGNANTS VEULENT UN DIALOGUE « SÉRIEUX »

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email