-- -- -- / -- -- --
Nationale

Energies renouvelables : Plaidoyer pour une nouvelle politique digitalisée et rationnelle

Energies renouvelables : Plaidoyer pour une nouvelle politique digitalisée et rationnelle

Etablir une politique énergétique incluant les ressources conventionnelles, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique et investir davantage dans la digitalisation de ce secteur, est désormais “nécessaire pour donner une vision claire des ambitions et des objectifs tracés”, a estimé le commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE), Noureddine Yassaa.

Dans un entretien accordé à l’agence publique, M. Yassaa a fait savoir que l’Algérie doit disposer d’un cadre législatif à travers “une politique énergétique incluant l’ensemble des énergies à exploiter dont celles alternatives”.

Une politique qui définit le modèle de production/consommation de l’énergie de notre pays sous toutes ses formes y compris les mesures d’économie et de maitrise d’énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a-t-il expliqué.

Ainsi, le même responsable estime nécessaire de mettre en place un cadre législatif attractif pour les investisseurs “qui soit stable et facilitant l’implication de l’ensemble des acteurs sur les programmes de déploiement des énergies renouvelables”.

De plus, au vu de la consommation énergétique importante du secteur résidentiel, le responsable du CEREFE juge important l’actualisation de la réglementation thermique dans le bâtiment afin d’y intégrer voire d’y renforcer les aspects du renouvelable et de l’efficacité énergétique.

Selon M. Yassaa, le renouvelable va également induire la maitrise et l’économie d’énergie auprès du citoyen à travers l’encouragement de l’autonomie énergétique et l’autoconsommation qui constitue une principale attente des citoyens.

Celui-ci pourra, dit-il, constater l’évolution de sa consommation en essayant de réaliser un surplus de production par rapport à sa consommation, devenant ce qu’on appelle un éco-citoyen.

“Cela amènera le pays vers la modernité d’autant que la digitalisation est indissociable de la transition énergétique”, souligne M. Yassaa, appelant à investir dans la digitalisation de ce secteur pour bénéficier de plusieurs avantages dont l’adaptation de la consommation du citoyen à travers les systèmes digitaux pourvoyeurs d’information.

Pour M. Yassaa, l’Algérie doit relever les défis de la double transition énergétique et numérique, de la décentralisation électrique et de l’adaptation des réseaux électriques au déploiement à grande échelle du renouvelable.

Par ailleurs, M. Yassaa est revenu sur les missions du CEREFE, institution créée auprès du Premier ministère, dont celle de bâtir une industrie locale du renouvelable et à encourager la création des petites et moyennes entreprises.

Concernant l’intérêt renouvelé de l’Algérie pour l’intégration du consortium international DII Desert Energy, M. Yassaa, a estimé que l’Algérie peut tirer profit de la dynamique mondiale de déploiement des énergies renouvelables en terme de renforcement de capacité, de transfert de technologie, d’investissement et de réseautage “grâce au potentiel avéré de l’Algérie pour le déploiement du solaire”.

M.Yassaa a en outre évoqué le développement de l’hydrogène renouvelable en Algérie à travers diverses applications.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email