En visite à Tizi Ouzou : Belabed défend l’école algérienne – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

En visite à Tizi Ouzou : Belabed défend l’école algérienne

En visite à Tizi Ouzou : Belabed défend l’école algérienne

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a déclaré jeudi à Tizi Ouzou, où il était en visite de travail et d’inspection, que l’école algérienne se porte bien. Il a rejeté catégoriquement la thèse mise en avant par certains esprits selon laquelle l’école algérienne serait « sinistrée ».

C’est dans la commune d’Idjeur, daïra de Bouzguène, que Belabed a animé un point de presse lors de sa visite marathon dans la wilaya. A propos de la question de l’enseignement du tamazight, il a assuré que cette langue de tous les Algériens continue à susciter un intérêt inconditionnel de l’Etat et son statut de langue nationale et officielle est immuable. Concernant les élèves qui l’apprennent, M. Belabed a indiqué qu’ils sont un peu plus d’un demi-million à travers le territoire national. « L’intérêt que l’Etat accorde à cette langue, a-t-il poursuivi, est tel que même si un seul élève dans la classe désire l’apprendre, nous veillerons à lui assurer cet enseignement ».

Interrogé sur le statut particulier des travailleurs de l’éducation, le ministre a d’abord déclaré avoir tenu une multitude de réunions avec les concernés par le biais de leurs différents représentants, avant de révéler que le dossier est enfin prêt pour examen et que ce sera fait lors du Conseil des ministres.

Hormis ce point de presse, le ministre a procédé à Idjeur, sa première halte, à l’inauguration et la baptisation du lycée local, qui a ouvert ses portes au mois de septembre dernier, au nom du chahid Kessal Ahmed. Ce martyr, né le 11 juillet 1923 au village d’Iguerssafen, commune d’Idjeur, a rejoint le maquis le 4 avril 1956 et est tombé au champ d’honneur, les armes à la main, à Yakouren le 16 mars 1962, soit trois jours seulement avant le cessez-le-feu.

Après cette cérémonie, le ministre et la délégation qui l’accompagnait, dont le wali, Djillali Doumi, et le président de l’APW, Mohamed Klalèche, ont procédé à la visite de l’ensemble des structures constituant l’institution éducative. Et selon bien des avis compétents, le lycée chahid Kessal Ahmed, qui est d’une capacité de 1 000 places pédagogiques, est un véritable joyau architectural. Il convient de noter que le directeur de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou, Ahmed Lalaoui, a profité de cette opportunité pour faire l’état des lieux de son secteur dans l’espace même de cette institution éducative.

La deuxième halte a eu lieu au village d’Alva, dans la commune de Yakouren. Dans cette localité, le ministre a procédé à l’inauguration de l’école primaire et sa baptisation au nom des martyrs Amirat. Dans la même circonscription territoriale de Yakouren, plus exactement au village de Boumansour, Abdelhakim Belabed a procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation d’une école primaire de type B.

Cette nouvelle école est venue remplacer l’ancienne, baptisée au nom du chahid Nadir-Lounès. Le montant du marché concernant la réalisation de cette nouvelle école est de de 69 522 061 DA. Et si les délais de sa réalisation sont respectés par le maître d’œuvre, l’infrastructure éducative devrait être livrée au courant du mois de septembre de l’année en cours. Dans la commune de Zekri, l’action ministérielle a porté sur l’inauguration du CEM local et sa baptisation au nom du chahid ChaïbAhmed. Après Zekri, le ministre et le cortège l’accompagnant se sont rendus à Tamda, commune de Ouaguenoun, où la mission a porté sur l’inauguration et la baptisation du CEM local au nom des chouhada Amar et Akli Iguerbourti

et Idir Ouamar. Ce CEM a ouvert ses portes le 10 octobre 2023. Toujours à Tamda, M. Belabed a donné officiellement le coup d’envoi des travaux portant réalisation d’un lycée de 1 000 places pédagogiques. Après Tamda, le ministre s’est rendu à Oued-Falli, dans la commune de Tizi Ouzou, où il a procédé à l’inauguration du lycée local et à sa baptisation au nom du chahid Louanchi Mohamed Salah.

Cet établissement du secondaire est d’une capacité de 1 000 places pédagogiques. Quelques mètres plus haut, c’est le CEM de Base 7 qui a été inauguré et baptisé au nom du chahid Boufarrache Mohamed Idir. Ce CEM a ouvert ses portes le premier novembre 2021. Il convient de signaler que sur le plan architectural, tous ces établissements éducatifs inaugurés et baptisés aux noms de martyrs sont de véritables merveilles et ont déjà ouvert leurs portes avant l’inauguration officielle.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email