En raison des incendies et de la rentrée scolaire : Les estivants écourtent leurs vacances – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

En raison des incendies et de la rentrée scolaire : Les estivants écourtent leurs vacances

En raison des incendies et de la rentrée scolaire  : Les estivants écourtent leurs vacances

La majorité des Algériens ont opté, cette année, pour le tourisme local vu les prestations, à des prix raisonnables, présentées dans les différentes villes côtières. Sauf que la vague d’incendies qui s’est déclenchée la semaine dernière à l’est du pays, détruisant de vastes zones de forêts et de maquis et enregistrant des pertes humaines et d’importants dégâts, a été l’une des principales raisons du retour anticipé des vacanciers. 

Pour certains estivants, ces incendies étaient à l’origine de la hausse des températures qui a provoqué des problèmes d’oxygénation et de santé, notamment pour les personnes âgées et les malades chroniques.

En effet, les gens qui ont choisi les wilayas de l’Est comme destination pour se détendre après une année de travail ont mis fin précipitamment à leurs congés après que les feux se sont déclarés à Jijel, El-Tarf, Skikda, Béjaïa et Souk Ahras. 

Rencontrés à Béjaïa-ville, au niveau de l’autoroute Est-Ouest, des estivants ont parlé de leur séjour. « Je suis arrivé avec ma famille dimanche passé à Béjaïa. Nous avions établi un programme pour visiter également Jijel. Mais les feux nous ont empêchés de nous déplacer. Je ne veux pas prendre de risque, surtout que je suis en famille. Je préfère rester ici à Béjaïa et rentrer le 30 août à Alger. Je n’irai nulle part », a confié M. Madjid au Jeune Indépendant

Néanmoins, il se trouve que la plupart des vacanciers craignent les conséquences des incendies et leurs dommages. Pour Ahmed, resté à Skikda, il y a un risque. « Je n’oublierai jamais ce qui s’est passé l’année dernière à Tizi Ouzou. J’ai peur que ça ne se reproduise. Pour cela, je préfère rentrer chez moi le plus tôt possible », a-t-il confié. 

D’un autre côté, certaines personnes ont été obligées de poursuivre leur séjour en dépit des risques, notamment ceux qui étaient accompagnés de personnes âgées. Sur les réseaux sociaux, on trouve des commentaires et des publications dans ce cadre. A El-Tarf, par exemple, certains ont décidé de prolonger leur congé à cause de l’état des routes, et de peur de traverser les montagnes en cette période. Par ailleurs, d’autres sont tombés malades à cause du climat, ce qui rend leur déplacement presque impossible. 

Outre les incendies, la rentrée sociale et scolaire est aussi une raison pour le retour des vacanciers. Une rentrée sociale qui s’annonce difficile pour les ménages, et ce à cause de la baisse du pouvoir d’achat, de la hausse des prix des produits de consommation ainsi que de la précarité des emplois et de la persistance du chômage, en dépit de l’octroi d’une allocation par l’Etat aux jeunes à la recherche d’un travail. Cependant, sur l’autoroute Est-Ouest et sur les routes qui mènent vers la capitale, les personnes interrogées par le Jeune Indépendant ont affirmé avoir décidé de rentrer chez elles afin de se préparer pour la reprise du travail ou encore pour la rentrée scolaire pour ceux qui ont des enfants scolarisés.  

A ce propos, un conducteur a confié au Jeune Indépendant : « On a décidé de rentrer aujourd’hui de vacances parce que je reprends mon travail demain. » De son côté, Yanis, un jeune homme en compagnie de sa mère, de sa sœur et de son frère, nouveau bachelier, a indiqué au Jeune Indépendant avoir passé un agréable séjour à Béjaïa avec sa famille. « Dommage, j’aurais souhaité prolonger de quelques jours. Mais je reprends mon travail cette semaine et mon frère doit s’inscrire à l’université », a-t-il ajouté avec regret.  

Pour sa part, Amina, qui a préféré passer son congé dans cette ville côtière avec ses enfants et son mari, a confié au Jeune Indépendant : « On vient chaque année passer les vacances ici. On est restés un mois et on doit rentrer pour nous préparer pour la reprise du travail et la rentrée scolaire des enfants. On doit leur acheter les fournitures scolaires. » 

Un autre conducteur venant de Skikda a exprimé sa satisfaction quant à l’accueil et aux services qu’il a trouvés dans cette wilaya, indiquant que c’est la première fois qu’il la visite. « Je suis originaire de l’Ouest. D’habitude, je pars à Oran ou à Mostaganem, mais cette année, on a préféré passer nos vacances à Skikda. C’est juste magnifique », a-t-il dit. « Dommage, les enfants reprennent bientôt le chemin des classes. On est donc obligé de rentrer chez nous », a-t-il regretté.  

En revanche, le retour des familles de vacances a rendu la circulation très difficile. En effet, il est à peine 11 h que l’autoroute Est-Ouest est déjà fermée. C’est pourquoi la majorité des conducteurs préfèrent sortir le matin très tôt, aux environs de 6 h, pour éviter l’encombrement et la température élevée.

Les chauffeurs se sont montrés également très prudents dans la conduite, surtout que la plupart étaient accompagnés de femmes et enfants. « Je roule comme la plaque l’indique et je respecte le code de la route. Je veux rentrer sain et sauf. Ma famille et moi avons passé un excellent séjour. Je ne veux pas le gâcher par un accident de voiture » a confié au Jeune Indépendant Mustapha, un homme dans la cinquantaine venant de Jijel, accompagné de sa femme et de ses deux filles.   

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email