En dépit des conditions difficiles à Derna en Libye : La persévérance des pompiers algériens – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

En dépit des conditions difficiles à Derna en Libye : La persévérance des pompiers algériens

En dépit des conditions difficiles à Derna en Libye : La persévérance des pompiers algériens

Malgré des conditions difficiles, les pompiers algériens sont toujours sur le front à Derna, intensifiant leurs efforts pour retrouver les victimes des inondations dévastatrices causées par la tempête Daniel dans l’est de la Libye.

Un communiqué de la Direction générale de la Protection civile (DGPC) a révélé que 198 corps sans vie ont été retirés par les équipes de la Protection civile depuis le début de leur mission. La journée d’avant-hier a été marquée par le retrait de 61 ces corps, soulignant ainsi la persévérance des sauveteurs dans des conditions extrêmement difficiles.

Ces équipes dévouées sont sur le terrain en Libye depuis le début de la catastrophe s’impliquant activement dans les opérations de sauvetage et de secours déployées en réponse aux inondations dévastatrices qui ont frappé l’est de la Libye.

Composées de 113 agents, ces équipes comprennent des experts de diverses spécialités, parmi lesquels des plongeurs, une équipe médicale spécialisée en médecine des catastrophes, des professionnels de la gestion des opérations, des équipes de recherche et de sauvetage, des maîtres-chiens, des logisticiens et des psychologues.

Les chiffres les plus récents fournis par le ministère de la Santé libyen, en coordination avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), font état de près de 4000 morts, auxquels s’ajoutent des milliers de personnes toujours portées disparues jusqu’à lundi.

Par ailleurs, alors que l’Onu a avancé un total de 11 300 morts dans la seule ville de Derna, et 10 100 autres disparues, le Croissant rouge libyen n’a pas tardé à contester le bilan. « Nous nous étonnons de voir notre nom mêlé à ces chiffres. Ils ajoutent à la confusion, à la détresse des familles des disparus », a déclaré le porte-parole du Croissant-Rouge libyen, Taoufik Chokri, cité par la presse.

La tempête Daniel qui a frappé dans la nuit de dimanche à lundi dernier Derna, une ville de 100 000 habitants, a entraîné la rupture de deux barrages en amont provoquant une crue de l’ampleur d’un tsunami le long de l’oued qui traverse la cité. Elle a tout emporté sur son passage. « La situation humanitaire reste particulièrement sombre à Derna », a affirmé l’OCHA, selon qui la ville manque d’eau potable et au moins 55 enfants ont été empoisonnés après avoir bu de l’eau polluée.

De son côté, le gouvernement libyen d’unité nationale a révélé qu’environ 5 000 maisons avaient été détruites dans la région de Jabal Akhdar à la suite de la tempête dévastatrice qui a frappé dimanche dernier les villes de l’est du pays.

« La région a besoin d’entretien et de réhabilitation d’environ 35 km de routes endommagées et de 20 km de conduites principales de drainage des eaux pluviales » a affirmé la même source. Et d’ajouter : « L’effondrement des réseaux de distribution d’eau ce qui a entraîné l’interruption de l’eau potable dans plusieurs zones des communes concernées ».

Jeudi dernier, la Chambre des représentants libyenne a approuvé, lors d’une séance d’urgence, un budget d’urgence estimé à 10 milliards de dinars libyens (deux milliards de dollars), pour faire face aux effets de la tempête et réhabiliter les villes sinistrées, selon des médias.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email