-- -- -- / -- -- --
Monde

En Afrique la Chine veut se substituer aux anciennes metropoles

En Afrique la Chine veut se substituer aux anciennes metropoles

Pékin entend accueillir cette année l’« historique » Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) et espère qu’aucun pays d’Afrique ne restera à côté de la photo de famille. Les possibilités de collaboration de la Chine avec les pays africains dépassent de loin celles de tout autre pays du monde.

Si la Chine réunit effectivement un sommet aussi représentatif, ce sera une nouvelle confirmation de sa volonté de se substituer aux anciennes métropoles et aux États-Unis en Afrique, que ce soit dans l’économie ou dans d’autres sphères de coopération, a déclaré à Nikolaï Chtcherbakov, du Centre des études africaines à l’Institut de l’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie.

« La lutte pour l’Afrique se poursuit, mais sur bien des directions, elle est déjà gagnée par la Chine. Les relations traditionnelles des pays africains avec leurs anciennes métropoles et les États-Unis cèdent place à la coopération avec la Chine », a souligné l’interlocuteur de l’agence.Et d’ajouter que la Chine dominait actuellement en Afrique.
L’universitaire chinois Chen Xiaoxiao a estimé pour sa part que ces quelques pays africains qui maintenaient encore des « liens diplomatiques » avec Taïwan étaient de plus en plus enclins à les rompre.

« La Chine est déjà devenue le principal partenaire commercial de l’Afrique, en dépassant de par cet indice les États-Unis et les anciennes métropoles. Les investissements de la Chine en Afrique sont immenses », a rappelé M.Chen.

Selon le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi, actuellement, dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) et de la mise en œuvre partagée de l’initiative la Ceinture et la Route, la Chine accélère sa coopération globale avec l’Afrique, en vue d’aider les pays africains à parvenir à l’indépendance économique et au développement autonome.

Lors de sa traditionnelle mission du début de l’année sur le continent africain, le ministre a toutefois déploré au cours de ce processus que certains pays africains maintenaient toujours leurs « liens diplomatiques » avec Taïwan, s’empêchant d’établir des relations normales avec la Chine et de profiter pleinement de la coopération sino-africaine, ce qui va absolument à l’encontre des intérêts fondamentaux de ces pays et de leurs peuples.
Il a exprimé son souhait sincère qu’aucun pays africain ne reste à côté de la photo de famille de la coopération sino-africaine, que nul ne rate l’occasion historique de se développer rapidement avec la Chine, et que tout le monde soit inclus dans la coopération amicale Chine-Afrique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email