-- -- -- / -- -- --
Energies

Embargo sur le pétrole russe : Le marché en effervescence

Embargo sur le pétrole russe : Le marché en effervescence

Le marché du pétrole est en effervescence. Une cascade d’événements a complètement secouée la relative stabilité de ce marché, qui continue de subir les premiers effets de la guerre en Ukraine, mais aussi les conséquences de la politique chinoise d’endiguement de la pandémie dans plusieurs régions industrielles du pays.

Ce jeudi, il est prévu une réunion mensuelle du cartel de l’OPEP+, qui ne semble pas emballer les experts et les investisseurs. L’OPEP refuse encore de céder sous les pressions US d’ouvrir largement les vannes et d’inonder le marché.

Le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Mohammad Sanusi Barkindo, a appelé ce mercredi  les pays de l’organisation et leurs alliées à renforcer la coopération, dans l’intérêt de la “stabilité” du marché pétrolier.

Barkindo s’exprimait lors de la 62ème réunion du Comité technique conjoint (JTC) de l’Opep+, tenue par visioconférence afin d’examiner les conditions du marché mondial du pétrole, a indiqué un communiqué publié sur le site-web de l’Opep.

Barkindo a évoqué les “incertitudes” actuelles liées aux développements géopolitiques et les conséquences possibles pour le marché pétrolier.

A cet effet, il a encouragé les pays signataires de la Déclaration de coopération (DoC) à continuer de coopérer à travers ce “cadre historique”, et ce, “dans l’intérêt de la stabilité du marché pétrolier et de la croissance économique”, a précisé le communiqué.

Mais, c’est surtout le fameux projet d’embargo sur le pétrole et les produits pétroliers achetés à la Russie, soumis aux pays membres de l’UE, qui fait encore l’actualité et fait craindre encore les acteurs du marché. La mesure suscite encore des réserves, selon plusieurs responsables et diplomates européens, notamment allemands, qui redoutent une crise économique majeure dans le pays et une récession catastrophique.

La Commission européenne a finalisé sa proposition pour un sixième paquet de sanctions contre Moscou pour tarir le financement de son effort de guerre contre l’Ukraine. Elle prévoit un arrêt progressif des achats européens sur une période de 6 à 8 mois, avec une exemption pour la Hongrie et la Slovaquie, deux pays enclavés et totalement dépendants des livraisons par l’oléoduc Droujba, qui pourront continuer leurs achats à la Russie jusqu’en 2023.

Cette possibilité pose problème, car la Bulgarie et la République tchèque veulent également bénéficier de cette dérogation. “Il faut éviter l’effet contamination, tout le monde va vouloir des exemptions”, a confié un responsable européen.

Ce mercredi, les cours ont connu une hausse significative en raison d’autres informations. En effet, les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté de 1,3 million de barils durant la semaine achevée le 29 avril, une surprise pour le marché, qui attendait un repli de 600.000 barils, en partie explicable par un ralentissement du raffinage.

Les stocks américains de brut se sont inscrits à 415,7 millions de barils, selon les chiffres publiés hier par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Au total, les volumes américains disponibles ont néanmoins reculé, du fait de la nouvelle baisse marquée (-3,1 millions de barils) des réserves stratégiques.

Vers 15H10 GMT, le cours du baril de la mer du Nord pour livraison en juillet gagnait 3,77% à 108,93 dollars, tandis que le West Texas américain, avec échéance en juin, prenait 3,87% à 106,38 dollars.

Pour autant, la demande américaine de produits pétroliers s’est tassée la semaine dernière, et reste inférieure tant à son niveau de l’an dernier à la même époque qu’à celui de la moyenne des quatre semaines précédentes.

Pour Matt Smith, c’est “le signe d’une destruction de la demande causée par les prix élevés”, certains consommateurs renonçant à acheter, ce qui n’augure rien de bon pour l’activité économique aux États-Unis.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email