-- -- -- / -- -- --
Nationale

Elections locales : Les nouveaux élus vont-ils déclarer leur patrimoine ?

Elections locales : Les nouveaux élus vont-ils déclarer leur patrimoine ?

Un passage obligatoire avant de prendre les commandes d’une APC. L’Office national de lutte contre la corruption (ONLCC) va-t-il appliquer la loi aux nouveaux maires et walis délégués, surtout en ces temps de crise financière, en les obligeant à faire une déclaration de leur patrimoine, cela avant même qu’ils prennent en main leurs nouvelles responsabilités ?

La réponse sera connue dans quelques jours. En attendant, il est impératif de rappeler qu’entre 2007 et 2017, plus de 2 000 élus locaux, entre walis délégués, présidents d’APC, secrétaires généraux et autres élus locaux sont incarcérés pour des affaires de détournement de deniers publics ou de terrains agricoles, d’escroquerie de citoyens et de distribution frauduleuse de logements sociaux au profit de bénéficiaires ayant déjà obtenu un logement.

Il est grand temps de mettre fin à ces graves pratiques, surtout en ces temps de crise financière qui nécessitent plus de contrôle de la part de l’Etat.

Le compte à rebours a commencé pour les nouveaux maires qui doivent entamer leurs nouvelles missions, à savoir diriger les affaires de leur APC avec plus de rigueur. La cérémonie de passation de consignes aura lieu dans les prochains jours entre les ex-maires et les nouveaux.

En face, l’ONLCC, mise en place il y a quelques années par l’Etat sur instruction du président de la République, est appelé à un nouveau défi qui consiste à obliger les nouveaux maires à déclarer leur patrimoine avant de prendre les commandes de leur APC.

Un défi qui nécessite une volonté claire de la part de l’ONLCC, lui qui a été créé pour combattre la corruption et toutes formes de criminalité qui touchent aux deniers publics.

Une volonté qui permet d’éviter d’autres éventuels détournements, corruptions et escroqueries à l’avenir. En obligeant les nouveaux maires à faire une déclaration de leurs biens, cela va donner une sérieuse option « positive » et une volonté robuste, non seulement pour les maires, mais également pour l’ONLCC. 

Avec cette déclaration du patrimoine, la gestion des APC sera plus transparente et cela va donner une meilleure image des présidents des APC face aux citoyens qui ne cherchent que de la transparence et du travail concret.

Une transparence perdue depuis l’année 1992 environ quand l’ex-FIS (parti islamiste dissous) avait pris les commandes de plusieurs APC avant que celles-ci ne sombrent dans des affaires de détournements.

Même cas pour la période allant de 2000 à 2017 où beaucoup de maires, sous l’ère du multipluralisme, avaient été arrêtés pour des affaires de corruption. Désormais, les nouveaux présidents d’APC ne jouissent de plus de prérogatives que les anciens maires.

Le départ des soulèvements populaires qui se sont déroulés dans les pays arabes a commencé par la mauvaise gestion dans les municipalités. L’Algérie a beaucoup appris de ces événements qui avaient touché certains pays arabes, à commencer par les voisins tunisien, libyen ainsi que l’Egypte et la Syrie.

Ici, les peuples arabes se sont soulevés contre la mauvaise gestion des responsables de leurs pays respectifs, à commencer par les maires. Malheureusement, ces soulèvements populaires ont été accompagnés par des réformes « catastrophiques » des nouveaux dirigeants, y compris des islamistes.

Des islamistes qui étaient soutenus par des pays étrangers pour arriver au pouvoir, au détriment des peuples qui ont vu leurs rébellion « détournée » de sa vocation.

Ce qui se passe actuellement en Tunisie et en Libye a servi de « leçon » pour les Algériens qui ont bien compris et choisi leurs nouveaux élus. Des élus démocrates dans leur majorité. Le choix a été porté sur des partis connus, le FLN, le RND et beaucoup moins le TAJ et le MPA.

Un choix qui devrait être respecté par les nouveaux élus en se consacrant au travail et rien qu’au travail. La lutte contre le chômage et l’habitat précaire et aussi le développement des communes, voilà ce qui devrait être fait par les nouveaux maires durant les cinq ans à venir. Dans le cas contraire, ce sera l’échec pour eux.

Et ceux qui seraient tentés de se remplir les poches au détriment de la Nation seront punis. La situation économique et financière que traverse le pays n’admet en aucun cas des détournements des deniers publics, car si cela arrive c’est la sécurité et la stabilité sociale qui en pâtiront.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email