-- -- -- / -- -- --
Nationale

El Islah et le MSP misent sur les élections locales

El Islah et le MSP misent sur les élections locales

Le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini, a indiqué hier que sa formation politique misait sur une « participation effective » aux élections des Assemblées populaires communales (APC) et des Assemblées populaires de wilayas (APW) prévues le 23 novembre prochain : « Soucieux de consacrer la souveraineté populaire et de prendre part efficacement à la consolidation de l’édifice institutionnel dans le pays, le Mouvement El-Islah confirme sa participation effective aux prochaines élections », a précisé Ghouini dans une allocution à l’ouverture de la session ordinaire du bureau national du parti. 

Le président du Mouvement El Islah a indiqué que « certains représentants de sa formation politique avaient rencontré des difficultés » au cours de l’opération de dépôt des listes de candidature au niveau de certaines wilayas, appelant les parties concernées à « remédier à la situation ».

Ghouini a également appelé les pouvoirs publics à « renforcer les moyens de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) afin de lui permettre d’accomplir son rôle et de s’acquitter de ses prérogatives constitutionnelles pleinement ».

Il a fait savoir que le Mouvement El Islah aura des candidats dans la plupart des APC et APW, ajoutant que la formation politique « était prête à travailler avec les différents partis » au niveau des assemblées locales. Le président du MSP, Abdelmadjid Menasra, à Constantine que sa formation politique participera aux prochaines élections locales, « pour poursuivre la concrétisation du processus électoral démocratique ». 

S’exprimant, au palais de la culture Mohamed-Laid Al Khalifa, au cours d’une rencontre régionale regroupant les membres de neuf (9) commissions électorales des wilayas dans l’Est du pays, le président du MSP a indiqué que sa formation politique présentera pour la prochaine échéance électorale « une liste compétitive composée de 30 % de jeunes compétents » et habilités à convaincre les électeurs à travers des programmes locaux au service du citoyen.

Menasra a estimé que dans le contexte difficile que vit le pays, « des parties œuvrent à perturber le prochain rendez-vous électoral », affirmant que le terrorisme universel « œuvre à conduire le pays dans un bourbier meurtrier ».

Le président du MSP, souhaitant l’ouverture d’un débat autour des codes de la commune, de la wilaya et de la fiscalité locale a souligné que sa formation politique « compte sur les citoyens pour préserver le pays ».

Appelant à « l’organisation des élections équitables » qui permettent une alternance pacifique aux assemblées locales et consolident ses prérogatives, Menasra a indiqué que sa formation politique « traitera avec tout le sérieux les prochaines échéances électorales ». Il a ajouté que « le MSP « ne déviera pas de sa ligne et luttera politiquement et pacifiquement pour combattre les tentatives appelant au boycott, au chaos et au terrorisme ».

Le RCD qui s’est réuni en session ordinaire avec pour ordre du jour deux points : examen de la situation politique du pays et l’évaluation des préparatifs des élections locales du 23 novembre prochain a noté dans son communiqué que le rétrécissement de la rente, « intervient au moment où les larges couches de la population sont confrontées à l’accélération de l’érosion du pouvoir d’achat, la dégradation sans précédent des soins du fait du manque de médicaments au niveau des hôpitaux et la généralisation des pénuries d’eau à l’ensemble du territoire national ».

Le RCD, dans ce qui semble être un rejet de la démarche des partisans de la destitution du chef de l’Etat, par le recours à l’article 102 de la constitution, estime que cette option équivaut à parrainer une alternance clanique, à fortiori dans le moment présent ».

Et le RCD de rappeler à ce propos qu’ »il était le premier (Conseil national de décembre 2012) à proposer une sortie de crise par la mise en œuvre de l’article 88 de l’ancienne constitution couplé avec la dissolution de la police politique et l’installation d’une instance nationale indépendante de gestion des élections pour donner mandat à une instance de transition ».

Plutôt que cette option qui, ferait les jeux des « positionnements dans des luttes claniques conjoncturels », le RCD prône « l’action de mobilisation solidaire ». Pour le RCD, une économie performante reste de l’ordre du slogan, tant qu’elle n’est pas adossée à des institutions crédibles et une « stratégie issue d’un consensus avec des objectifs annoncés et d’une allocation transparente des ressources ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email