-- -- -- / -- -- --
Nationale

El Hadjar 100% algérien

El Hadjar 100% algérien

La visite, hier, du ministre de l’Industrie et des mines, Abdesslam Bouchouareb, longtemps attendue, a non seulement résolu le conflit socioprofessionnel qui opposait les 350 travailleurs d’ArcelorMittal Pipes et Tubes Algérie, ex Tuberie Sans Soudure à leur direction mais a aussi apporté une immense joie chez les sidérurgistes du complexe sidérurgique d’El-Hadjar.

Le ministre de l’Industrie et des mines a annoncé en plein cœur de l’ex fleuron de l’industrie algérienne que l’ « Etat algérien va être propriétaire à 100% du complexe sidérurgique d’El-Hadjar, d’ArcelorMittal Pipes et Tubes, et d’ArcelorMittal Tébessa (mines) (…) toutes ces entreprises vont passer sous le contrôle de la partie algérienne, ) par le groupe public « Industries métallurgiques et sidérurgiques » (IMETAL), via la société Imetal ».

A partir d’aujourd’hui, la nature du partenariat avec le groupe mondial ArcelorMittal sera « purement technique » en attendant que le groupe public IMETAL n’annonce, d’ici à décembre prochain, la dénomination de la nouvelle entreprise sidérurgique dont l’Algérie détiendra la totalité des parts.

M. Abdesslam Bouchouareb qui n’a pas fourni plus de détails sur les dessous cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre ou encore montant de la transaction d’achat des 49% d’ArcelorMittal pour le transfert de ces trois entreprises qui seront contrôlés à 100% par Imetal.

Il a cependant donné des explications sur cette acquisition en affirmant que l’ »Algérie compte atteindre, avec le complexe de Bellara (Jijel) l’autosuffisance en matière de produits sidérurgiques d’ici 2017 », ajoutant que les productions avoisineront 10 millions de tonnes ce qui mettra un frein définitivement à l’importation.
Le ministre de l’Industrie et des mines ajoutera aussi qu’ArcelorMittal ne quittera pas aussitôt l’Algérie et « devra juste rester pour contrôler le plan de réhabilitation des installations industrielles du complexe sidérurgique ».

Le cout de cette réhabilitation est estimé à un à (1) milliard de dollars et c’est l’Algérie qui est le principal financier « . Selon des sources sures, ArcelorMittal deviendra « dans un proche avenir prestataire dans le complexe sidérurgique au lieu d’actionnaire ».

Contacté par le jeune independant, le député Smain Kouadria, anciennement secrétaire général du syndicat d’ArcelorMittal Algérie et connu pour son combat acharné pour la nationalisation du complexe d’El-Hadjar a affirmé que « la décision du président Bouteflika de reprendre les actifs du groupe ArcelorMittal en Algérie (El-Hadjar, Tuberie et Mines) est une victoire pour la nation et l’industrie algérienne ainsi que les travailleurs.
« Nous souhaitons que cette nouvelle orientation politique économique soit étendue aux autres activités industrielles telles que le Port d’Alger, Alver Oran, Sovest Tébessa et Eter Guelma », a-t-il conclut.

Plusieurs grèves ont éclaté aux complexes d’El Hadjar et pénalisant les activités en raison du bras de fer entre les travailleurs et la direction du groupe indien. Les machines de cette entreprise qui était en grève illimitée depuis le mois d’Avril ont commencé à tourner immédiatement après la décision des autorités du pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email