Égypte : huit dirigeants des Frères musulmans, dont le guide suprême, condamnés à mort – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Égypte : huit dirigeants des Frères musulmans, dont le guide suprême, condamnés à mort

Égypte : huit dirigeants des Frères musulmans, dont le guide suprême, condamnés à mort
Le guide des frères musulmans égyptiens

Huit dirigeants des Frères musulmans, dont leur guide suprême Mohammed Badie, ont été condamnés lundi à la peine capitale par un tribunal d’exception égyptien. Ils étaient jugés pour des violences en 2013 dans la foulée de la destitution du président Mohamed Morsi, mort en detention

Un tribunal d’exception du Caire a condamné lundi huit dirigeants des Frères musulmans, dont le guide suprême de la confrérie désormais interdite en Égypte, à la peine de mort pour des supposées violences en 2013 dans la foulée de la destitution du président démocratiquement élu  Mohamed Morsi dans un coup d’Etat mené par l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi.

La Cour suprême d’urgence de la Sûreté de l’État a prononcé la peine capitale pour le guide Mohammed Badie, aujourd’hui âgé de 80 ans, ainsi que pour plusieurs autres figures du mouvement, Mohammed el-Beltagy ou Safwat Hegazy. Tous ces hommes ont déjà été condamnés, parfois à mort, dans d’autres affaires ces dernières années.

La cour a a également condamné  37 autres accusés dans l’affaire dite « des violences de la route Al-Nasr » à la perpétuité et 13 autres à des peines allant de 10 à 15 ans de prison, précise le quotidien d’État Al-Ahram.

En 2022, l’Égypte a été le quatrième pays au monde procédant au plus grand nombre d’exécutions selon Amnesty International. La même année, ses juges prononçaient 538 condamnations à mort, le chiffre connu le plus élevé au monde.

Fondée en 1928 en Égypte, la confrérie des frères musulmans, désormais interdite dans le pays mais qui a essaimé bien au-delà de ses frontières, a longtemps été le principal mouvement d’opposition en Égypte, malgré la répression rampante, jusqu’à remporter les premières élections libres, dans la foulée du Printemps arabe de 2011 qui a conduit à la chute de Hosni Mobarak.

Le 13 août 2013, un mois après la destitution par l’armée de Mohamed Morsi, des centaines de ses partisans avaient été tués par les forces de l’ordre dans la dispersion de leurs sit-in au Caire.

Depuis, des milliers de membres des Frères musulmans ont été condamnés à des peines allant de quelques années de prison à la mort, d’autres se sont exilés et plusieurs de leurs dirigeants sont morts en détention.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email