-- -- -- / -- -- --
Nationale

Education : Les enseignants reconduisent leur grève

Education : Les enseignants reconduisent leur grève

Le mouvement de grève cyclique de trois jours entamé le 6 octobre par les enseignants du primaire s’est poursuivi, ce lundi, pour la neuvième semaine consécutive. Un débrayage qui pénalise lourdement les élèves, qui devraient être en pleine période de compositions.

Le ministère de l’Education nationale et les instituteurs campent tous deux sur leurs positions, menant à une situation de blocage qui prend en otage des milliers d’élèves à travers tout le pays. Plusieurs écoles étaient, hier encore, paralysées, notamment au centre, à l’ouest et à l’est d’Alger. Les établissements primaires étaient paralysés également dans plusieurs wilayas du pays. Les enseignants semblent toujours aussi déterminés et mobilisés afin de faire aboutir leurs revendications.

Face aux menaces de la tutelle, ce bras de fer opposant les instituteurs au ministère de l’Education semble prendre de l’ampleur avec la décision de boycotter les examens du premier trimestre qui devaient avoir lieu dimanche 1er décembre. L’action des enseignants ne se limite pas à ce boycott. Venus des quatre coins du pays, les instituteurs grévistes ont aussi organisé un rassemblement devant l’annexe du ministère de l’Education nationale à El-Anasser, à Alger, soutenus par plusieurs parents d’élèves. Les protestataires, qui restent confiants quant à l’aboutissement de leurs revendications ont, en plus du boycott des compositions du premier trimestre, menacé d’aller vers une grève illimitée. Des rassemblements ont été également organisés devant les directions de l’éducation pour s’insurger contre « la dégradation de leurs conditions de travail ». Les enseignants ont appelé le ministère de tutelle à assumer ses responsabilités et à réagir positivement devant la menace qui plane sur la scolarité des élèves. Il est à rappeler que la décision du durcissement de leur mouvement intervient en réaction à l’échec des négociations avec les responsables du ministère concernant leurs revendications.

Ces dernières, faut-il le rappeler, tournent autour de « la modification du statut particulier, de sorte à reclasser les enseignants du secondaire, du moyen et du primaire au même grade de base, la diminution du volume horaire des instituteurs par rapport à leurs collègues du moyen et du secondaire, l’application immédiate du décret présidentiel 266/14 avec effet rétroactif depuis sa publication en 2014, la création de nouveaux grades d’enseignants pour les matières scientifiques, littéraires et l’éducation physique (sport) ». Ils demandent également « la révision des programmes pédagogiques pour notamment alléger le poids des cartables et la révision des calendriers des vacances et de la rentrée scolaire pour les régions du sud du pays ». « La restitution du droit à la retraite anticipée et sans condition d’âge, la régularisation de la situation des enseignants formés après le 3 juin 2012 afin de leur permettre de bénéficier des différentes promotions » figurent également dans leur plateforme de revendications.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email