-- -- -- / -- -- --
Monde

Ecoutes illégales en Turquie: nouveau coup de filet dans la police

Ecoutes illégales en Turquie: nouveau coup de filet dans la police

Les autorités turques ont interpellé mardi 25 nouveaux policiers dans le cadre de l’enquête ouverte sur des écoutes illégales de conversations téléphoniques du Premier ministre et président élu Recep Tayyip Erdogan, ont rapporté les médias. Ce coup de filet, le troisième depuis juillet, s’est déroulé dans douze villes turques, dont Istanbul et Izmir (ouest), a précisé l’agence de presse Dogan.

A l’issue des précédentes opérations de ce type, plusieurs dizaines de policiers, dont certains gradés de haut rang, avaient déjà été inculpés et écroués dans le cadre de cette affaire, notamment pour « constitution et direction d’une entreprise criminelle ». Parmi les personnes placées mardi en garde à vue figure l’ancien chef adjoint des services de renseignement de la police d’Izmir, Hasan Ali Okan, qui avait été démis de ses fonctions l’hiver dernier à l’occasion d’une série de purges sans précédent qui ont visé plusieurs milliers de policiers et de magistrats.

M. Erdogan reproche à son ancien allié, Fethullah Gülen, qui vit aux Etats-Unis depuis 1999, d’avoir manipulé pour lui nuire une enquête ouverte en décembre sur un vaste scandale de corruption l’impliquant avec son entourage. L’essentiel des éléments à charge visant le Premier ministre et son gouvernement a été obtenu par des écoutes téléphoniques et publié sur les réseaux sociaux.

A la tête du gouvernement depuis 2003, M. Erdogan, 60 ans, a été élu chef de l’Etat le 10 août pour un mandat de cinq ans. Il doit prendre ses fonctions le 28 août. Il faut signaler par ailleurs que l’ambassadeur d’Allemagne en Turquie, Eberhard Pohl, a été convoqué lundi 18 août au ministère turc des Affaires étrangères exprimant la « préoccupation « d’Ankara après les allégations d’espionnage de la Turquie par les Allemands, a indiqué un diplomate turc. « L’ambassadeur a été convoqué ce matin au sujet des informations parues dans la presse allemande. Nous lui avons exprimé nos préoccupations et notre malaise », a déclaré la même source. « S’il existe la moindre vérité dans ces allégations, l’Allemagne doit alors s’expliquer sur cette situation grave », a indiqué le ministère dans un communiqué publié au terme de l’entretien avec le diplomate allemand.

Ce texte a également jugé « inacceptable » tout acte d’espionnage entre « pays amis et alliés » et exigé, le cas échéant, leur arrêt « immédiat ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email