-- -- -- / -- -- --
Culture

Djoher Amhis en vedette

Djoher Amhis en vedette

La première semaine de ce mois de juillet sera marquée par l’avant-première du documentaire Djoher Amhis, une femme d’exception, mais aussi par la remise du Prix Les amis du livre à quatre lauréats, à Alger.

Présenté en avant-première à la salle de la Cinémathèque, dans la soirée du dimanche 3 juillet, le film documentaire Djoher Amhis, une femme d’exception, réalisé par M’hamed Amrouche et écrit par Malek Amrouche, se veut un hommage à la pédagogue et auteure algérienne du même nom.

En 52 minutes, l’auteur présente le parcours de cette femme de lettres – âgée de 87 ans aujourd’hui – connue pour ses nombreux ouvrages de vulgarisation d’œuvres majeures de la littérature algérienne, écrits après une longue carrière dans l’enseignement.

Fait d’interviews avec Djoher Amhis-Ouksel et de témoignages d’universitaires, d’écrivains, d’amis et de membres de sa famille, ce film met également en évidence son engagement pour la transmission de la culture algérienne aux plus jeunes générations.

Le réalisateur revient aussi sur l’enfance et le parcours singulier de cette fille d’instituteur durant la colonisation française, inscrite à l’Ecole normale en 1945 avant de devenir enseignante puis formatrice d’enseignants à l’indépendance de l’Algérie.

Djoher Amhis livre dans cette partie du documentaire un peu de sa vie personnelle en rendant notamment un hommage émouvant à son défunt mari, Belkhir Ouksel, qui a, lui aussi, travaillé dans l’éducation.

La seconde partie de ce documentaire est consacrée au travail de « transmission » par l’écriture entamée par l’enseignante après sa retraite en 1983. Djoher Amhis et des intervenants y présentent les ouvrages sur des romans d’auteurs comme Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun, Abdelhamid Benhadouga, Taos Amrouche et Malek Ouary. Mme Amhis a expliqué dans le documentaire que ces écrits visent « à faire découvrir aux jeunes des auteurs qui ne sont plus enseignés à l’école depuis les années 1970 ».

De son côté, le libraire Abderrahmane Ali Bey (librairie Tiers-Monde) a reçu la plus haute distinction du Prix Les amis du livre, dans sa première édition, le samedi 3 juillet à l’hôtel El-Aurrassi, pour avoir « représenté l’interface exemplaire entre le lecteur, l’auteur et l’éditeur depuis 30 ans », selon le jury. Ce nouveau prix est destiné à récompenser les différents acteurs du secteur du livre et de la communication.

Le Prix Coup de cœur est revenu à Lounès Khir, autodidacte et passionné de la littérature, qui non voyant, se fait lire des romans par ses amis. La Distinction honorifique sera remise à Aicha Kassoul, animatrice vedette de l’émission radiophonique dédiée à la littérature Un monde qui nous rassemble parce qu’il nous ressemble.

Le prix Hommage à titre posthume sera décerné à Jacques Berque (1910-1995), sociologue et islamologue engagé en faveur de la guerre de libération nationale pour l’indépendance de l’Algérie. Initié par l’Anep, le Prix Les amis du livre récompense les acteurs du livre tels que les libraires, les bouquinistes, les relieurs de livres, les passionnés du livre et même les journalistes.

Décerné à quatre lauréats, il est doté d’une récompense pécuniaire de 1 million DA, de 700.000 DA, de 500.000 DA et de 300.000 DA, respectivement. Le jury, composé de quatre membres dont un éditeur et des conseillers auprès de l’Anep, a choisi les lauréats parmi une liste préétablie par les réseaux de l’Agence en Algérie. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email