-- -- -- / -- -- --
Nationale

Djerad : «nous allons réhabiliter le complexe d’El Hadjar»

Djerad : «nous allons réhabiliter le complexe d’El Hadjar»

Symbole de l’industrie lourde algérienne, le complexe sidérurgique d’El Hadjar qui est passé par plusieurs difficultés, est plus que jamais au centre d’intérêt des pouvoirs publics, compte tenu du  rôle que doit jouer ce complexe dans le nouveau plan industriel. Ainsi, l’Etat veut réhabiliter le complexe sidérurgique d’El Hadjar, ainsi que ces ouvriers.

C’est ce qu’a indiqué, dimanche,  le Premier ministre Abdelaziz Djerad lors de sa visite de travail dans la wilaya d’Annaba, appelant les travailleurs à faire confiance à l’Etat. Affirmant que ce complexe doit donner une dynamique nouvelle à l’économie, il a souligné l’accompagnement de l’Etat au complexe sidérurgique. « L’Etat accompagne le complexe, les entreprises doivent se focaliser sur la gestion et le management », a précisé Djerad qui s’est adressé au syndicat des travailleurs.  «  On travaille sous le principe de complémentarité ; votre réussite est la nôtre et l’échec on l’assume tous », a signalé le Premier ministre, qui s’est montré compréhensif vis-à-vis des travailleurs. «  On n’ignore pas vos droits, mais il est nécessaire de prendre en considération les conditions et moyens du complexe et de l’Etat », a-t-il signalé, affirmant que l’Algérie a besoin de tous ses enfants pour construire son économie, surtout que le développement de l’économie est un objectif à atteindre.

Le Premier ministre qui a aussi donné le coup d’envoi des épreuves du baccalauréat à partir de cette wilaya de l’Est du pays a également insisté sur la nécessité d’opérer une transformation dans le mode de gestion. Il préconise d’adopter une vision économique dans la gestion et non pas administrative. Comme bannir la bureaucratie dans la gestion. Djerad a par ailleurs, donné instruction de démolir un ancien fourneau qui date de 1968. Valorisant ce qui a été fait au niveau du complexe d’El Hadjar, il a souligné la nécessité de s’orienter vers d’autres industries à l’instar de la construction automobile et les industries de transformation.

Une semaine avant, le ministre de l’Industrie s’est rendu aussi au Complexe sidérurgique d’El Hadjar, où il avait souligné le rôle primordial qu’aura à jouer Sider El Hadjar dans le lancement du nouveau plan industriel. « Le complexe sidérurgique d’El Hadjar, avec ses ressources et ses équipements actuels et à venir, aura un rôle primordial dans le lancement du nouveau plan industriel centré sur une large intégration des ressources nationales et des compétences humaines », avait déclaré Ferhat Aït Ali Braham.

Selon lui, le complexe d’El Hadjar ne doit pas être perçu comme un « problème pour l’économie nationale », compte tenu des difficultés qu’il a traversé comme tant d’autres groupes publics. Il doit donc être considéré comme « la rampe de lancement d’un changement qualitatif vers une véritable industrie sidérurgique, permettant de créer de la richesse et de bâtir l’indépendance économique dans les industries de transformation », estime-t-il.

Pour jouer son rôle, les pouvoirs publics vont venir à la rescousse du complexe. Les déclarations du ministre de l’Industrie laissent dire qu’un rééchelonnement des dettes de Sider El Hadjar est prévisible. En effet, Aït Ali qui a effectué deux visites à El Hadjar en l’espace de deux mois, avait évoqué cette éventualité. «  Les pouvoirs publics accompagneront ce complexe dans les négociations avec les banques et l’acquisition des équipements nécessaires pour lui permettre de sortir de la situation difficile à laquelle il fait face et de se concentrer sur la réalisation des objectifs économiques fixés », avait-il affirmé.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email