-- -- -- / -- -- --
Nationale

Djerad et Belhimer insistent sur la liberté de la presse

Djerad et Belhimer insistent sur la liberté de la presse

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et le ministre de la Communication, Amar Belhimer, ont tous deux salué, jeudi dernier, le rôle et la place de la presse, lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse et de la remise des prix des lauréats du Prix du président de la République du journaliste professionnel.

Le Premier ministre a affirmé, dans une publication postée sur les réseaux sociaux, que la presse nationale constitue «un levier important pour la consécration de la démocratie», indiquant que l’éclairage de l’opinion publique avec une information fiable et l’ouverture d’un débat critique «renforceront davantage le processus de changement que connaît l’Algérie». Pour sa part, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a affirmé que le projet d’amendement de la Constitution «prévoyait des garanties à même de renforcer la scène médiatique en Algérie».Ce projet «conférera au système des droits et libertés une nouvelle dimension dans le cadre de notre identité et de nos constantes nationales», et ce, a-t-il souligné, «en offrant des garanties susceptibles de renforcer la performance des journalistes». Le ministre de la Communication voit en ce projet d’amendement constitutionnel l’intérêt qu’accorde l’Etat à la presse, traduit par l’article 54 qui «consacre le principe de liberté de la presse en détaillant les composantes de cette liberté, stipule le droit à la création de chaînes télévisées, de sites et journaux électroniques, interdit le discours de discrimination et de haine». Un article en vertu duquel « aucune activité de journaliste ne saura être arrêtée sans décision judiciaire», a-t-il tenu à préciser. Le ministre a souligné l’importance accordée par le président de la République à la corporation de la presse, mettant en avant les grands axes contenus dans son message, adressé aux journalistes à l’occasion de la Journée nationale de la presse, à savoir «les apports des journalistes à travers toutes les étapes qu’a traversées le pays, l’incitation au numérique et aux solutions technologiques, l’élaboration d’un cadre juridique pour se mettre au diapason du développement technologique, faire preuve de patriotisme pour faire face à la cybercriminalité et l’impératif de moraliser la profession et le soutien des différentes compétences». Au début de la cérémonie, plusieurs journalistes, qui ont laissé une empreinte sur la scène médiatique algérienne, ont été distingués, à leur tête le défunt moudjahid et ex-ministre Lamine Bechichi, qui s’est éteint le 20 juillet dernier, les anciens directeurs des quotidiens la Tribune et  Horizon, respectivement Kheireddine Ameyar et Lyès Hamdani, ainsi que le défunt journaliste Madjid Hadji,l’ancien militant de la lutte de libération nationale et l’ex-directeur de publication du quotidien El-Moudjahid, Aziz Morsli, l’ex-directeur de la télévision algérienne Abdou Benziane, le journaliste et auteur Abdelaziz Boubakir, ainsi que l’ex-DG de l’APS, au début des années 1990, Ammar Ali Talmat.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email