-- -- -- / -- -- --
Culture

Djalti come back

Djalti come back

Le chanteur Abderrahmane Djalti retrouvera son public, demain, vendredi 30 décembre, dès 18h30, sur la scène d’Ibn Zeydoun à Alger, pour célébrer ses trente ans de carrière artistique.

Lors de son retour sur la scène nationale, ce chanteur de charme compte livrer une dizaine de titres, dont ceux de son dernier album, mais aussi des surprises, éventuellement des duos avec ses pairs.

Durant son concert 30 ans de Chant, initié par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel, en partenariat avec l’Office Riad El Feth et avec le soutien de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins, d’Anep Communication et Signalétique et l’entreprise Métro d’Alger, Djalti sera tout heureux de retrouver le public. D’autant que l’appréciation de son parcours artistique est mise en évidence par le contact avec les mélomanes et une large audience. 

Il a expliqué, lors de sa conférence de presse, ce mardi au cercle Frantz-Fanon de Riadh El Feth à Alger, que c’est plutôt le manque de scènes qui est déploré, non pas l’absence de l’artiste.

« Les artistes devraient, à son humble opinion, fêter leur carrière, tout comme les jubilés des footballeurs. Je n’ai pas l’intention de mettre fin à ma carrière, je suis encore jeune, je chanterai jusqu’à la fin de ma vie, et ce, sur n’importe quel support ».

Cela est d’autant plus probant, puisqu’il y a aujourd’hui plus de facilités et d’encadrement. Il regrette de ne pas être sollicité pour des programmations même s’il n’a pas cessé de réaliser des productions.

Il se demande « si on m’oublie volontairement ou involontairement ». Il constate qu’au-delà des soirées ramadhanesques et de la saison estivale, les artistes ne sont pas sollicités par des organismes privés et publics.

Le retour sur la scène musicale de ce chanteur ayant marqué les années 1980 interpelle un tant soit peu sur la condition sociale de l’artiste. Toujours est-il que Djalti tente de s’adapter au contexte et à l’époque.

Preuve en est avec son dernier opus Maâk (avec toi), un best of de ses anciens titres à succès réactualisés et réarrangés pour préserver sa bonne relation avec le public.

Et pour le concert de demain, il n’hésitera pas à faire appel à des musiciens de la nouvelle génération pour s’assurer d’une meilleure maîtrise des partitions. Fidèle à la chanson sentimentale, il sera longtemps confondu aux raïmen – ce qu’il n’est pas –, ce crooner romantique et humaniste offrira entre autres un titre éternel : Habit ana nekber maâk (je veux grandir avec toi)

. Chanson qui a joui d’un large succès populaire auprès de toutes les catégories d’âge et sociales. Elle le doit aussi au fait qu’elle est diffusée en 1993 – l’année d’une décennie marquée par la violence terroriste –, de surcroît dans le film Lahn el amel (Mélodie de l’espoir) de Djamel Fezzaz dans lequel Abderrahman Djalti est le personnage principal avec Amel Abdelaziz. Ce sera une première pour lui à l’écran et son titre traversera tous les temps.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email