-- -- -- / -- -- --
Nationale

Djaber El-Harami, (Groupe d’édition du Qatar: « On espère que le prochain sommet arabe soit décisif »

Lors des travaux du Forum intergénérationnel pour le soutien du travail commun dans le monde arabe, le représentant du Qatar, Djaber El-Harami, vice-président du groupe d’édition « Dar ennachr Sharq el Ilamia », a confirmé, dans un entretien accordé au Jeune Indépendant, le rôle phare que peut jouer la société civile pour unir les rangs des pays arabes. 

Abordant la tenue de la 31e session de la Ligue arabe, prévue au mois de novembre prochain, l’invité du Qatar a précisé que tous les pays arabes doivent accompagner les efforts de l’Algérie pour réussir cet événement visant à rassembler le monde arabe.  

 

Le Jeune Indépendant : Comment pouvez-vous décrire cet événement qui se tient à Oran ? 

Djaber El-Harami : Je pense que c’est une initiative de qualité rare qu’on ne trouve malheureusement pas dans le monde arabe. Que des élites, des représentants de la société civile et des responsables officiels se rencontrent pour discuter et échanger dans l’optique de renforcer le travail arabe commun c’est déjà une réussite. Surtout en cette période où le monde arabe vit dans une situation calamiteuse, un grand corps malade. L’initiative lancée par l’Algérie est une preuve que ce pays et ses décideurs agissent réellement pour rassembler les pays arabes et reconstruire ce qui peut l’être dans la Ligue arabe.

Comment peut-on construire une union arabe active ? 

Normalement, nous devons tous aller dans ce sens et nous sommes tous responsables, chacun à son niveau, et pas seulement les décideurs politiques. Nous avons tous un rôle à jouer face aux attaques médiatiques répétées et insistantes des autres pays, qui visent à déconstruire notre histoire et effacer nos identités. 

On espère que le prochain sommet arabe soit un sommet décisif et qu’il tranche entre la situation actuelle que je qualifie de chaotique et un renouveau salvateur. La responsabilité n’incombe pas seulement à l’Algérie, c’est la responsabilité de tous les pays arabes qui doivent accompagner les efforts d’Alger. 

 Quel rôle peut jouer la société civile ? 

Comme je l’ai dit, tout le monde est concerné. Il incombe à la société civile le rôle de conscientiser, cultiver et écouter les doléances des nouvelles générations. Nous avons besoin de travailler ensemble entre Arabes et éviter les efforts individuels qui nous ont fait perdre beaucoup de temps et d’occasions.

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email