-- -- -- / -- -- --
Digital Space

Dix start-up algériennes présentes

Dix start-up algériennes présentes

Dix start-up algériennes sont présentes, pour la première fois, au Salon international VivaTechnolgy à Paris, un des plus importants Salons des technologies innovantes qui regroupe plus de 5 000 participants.

VivaTechnology Paris, inauguré jeudi et qui se poursuivra jusqu’au 2 juillet, présente autour de 250 innovations technologiques allant de la voiture sans chauffeur à la robe connectée.

Pour les start-up algériennes, cet important événement sera l’occasion pour se confronter à l’écosystème mondial des start-up, s’informer directement de ce qui se fait hors d’Algérie et trouver des investisseurs pour leurs différents projets, sachant que d’importants bailleurs de fonds et de grandes entreprises du secteur numérique seront à l’affût de projets innovants.

Ces start-up algériennes ont été sélectionnées par un comité de parrainage composé de représentants du ministère de l’Industrie et des Mines, du cluster numérique ADC (Algerian Digital Cluster), du cabinet de consulting EY (ex-Ernst and Young) et de chefs d’entreprises.

Dans une déclaration à l’APS, le président d’ADC, Ahmed Mehdi Omarouayache, a précisé que l’initiative consiste à prendre en charge des start-up algériennes et les faire participer à ce grand événement.

« L’objectif de cette participation est de faire rencontrer ces start-up avec tout l’écosystème mondial et de les confronter à la réalité du marché mondial », a-t-il expliqué, soulignant qu’avec le nouveau modèle économique de l’Algérie, le numérique est un « axe très important, un secteur mondialisé qui n’a ni bordures ni frontières ».

Saluant la nomination récente, dans le gouvernement, d’un ministre délégué chargé de l’Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, dont l’une de ses priorités est de mettre en place l’écosystème de l’économie numérique, Omarouayache a qualifié cette nomination de « signal fort » pour les start-up algériennes, mais a regretté toutefois que ces dernières, malgré leur nombre, « elles ne sont pas mises en avant ».

« Ce que je peux dire, c’est que le nombre actuel de start-up algériennes est très en deçà, et des besoins et des capacités de l’économie algérienne », a-t-il dit, faisant remarquer, cependant, que « le marché existe parce qu’il y a des besoins ».

Pour ce coordinateur des start-up algériennes, la participation à VivaTechnology « est une première étape pour une meilleure connaissance du contexte mondial des innovations technologiques » et l’objectif reste de « trouver des partenaires, éventuellement des clients et pourquoi pas aussi des investisseurs internationaux ».

Les jeunes promoteurs algériens présentent des services et solutions innovés dans divers domaines, dont notamment des solutions touchant l’utilisation des objets connectés dans le secteur de l’environnement, la télégestion des services publics, les solutions de paiement électronique de factures par le biais d’objets connectés (smartphones, TV…), la mise en place de plateformes de statistiques économiques et des systèmes intelligents antivol de véhicules. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email